•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déversements d'hydrocarbures : l’industrie pétrolière établit les causes principales

Un pipeline

L'ACPE a établi que la dégradation du métal est la principale cause des déversements en 2016.

Photo : TransCanada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La corrosion et les vices de matériaux en fabrication et en construction sont la cause de 56 % des déversements accidentels d'hydrocarbures au Canada en 2016. C'est ce que conclut le rapport annuel sur la performance de l'industrie pipelinière de l'Association canadienne de pipelines d'énergie (ACPE).

Publié mercredi, le rapport établit que la fissuration, la géotechnique (mouvements du sol) et les incidents météorologiques sont les autres causes de déversements non prévus.

Les dirigeants des diverses entreprises qui font partie de notre association reconnaissent que, bien que leur rendement soit bon, il y a toujours de la place pour l’amélioration.

Une citation de : Jim Donihee, chef des opérations, ACPE

Un seul incident important de fuite de gaz naturel a été recensé, mais l’ACPE a refusé d'en décrire la nature ou l'emplacement. On considère les incidents comme importants si plus de 8 mètres cubes de gaz s’échappent.

Le rapport en chiffres (2016)

  • 1,2 milliard : barils estimés de pétrole transportés
  • 119 000 : kilomètres de pipeline dans le réseau
  • 374 000 : mètres cubes de gaz naturel échappé
  • 38 : barils d'hydrocarbures liquides déversés (contre 16 en 2015)
  • 1 : échappement de gaz naturel considéré comme important (plus de 8 mètres cubes)
  • 0 : déversement de liquide considéré comme important (plus de 50 barils)

L’ACPE est un organisme à but non lucratif dont font partie les principaux propriétaires et exploitants de pipelines de transport canadiens. L’organisme coordonne des initiatives de l’industrie pétrolière en matière de sécurité, de réglementation et de finances, entre autres.

À lire aussi :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !