•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Maison Marie-Pierre pourrait fermer ses portes

La Maison Marie-Pierre, une ressource intermédiaire en déficience intellectuelle à Bonaventure
La Maison Marie-Pierre, une ressource intermédiaire en déficience intellectuelle à Bonaventure Photo: Courtoisie - Manon Lebrasseur, Maison Marie-Pierre

La Gaspésie pourrait perdre une ressource d'hébergement en déficience intellectuelle. La Maison Marie-Pierre, située à Bonaventure, pourrait fermer ses portes le 1er août par manque de financement

Un texte de Geneviève Génier Carrier

Fondée en 1993, cette ressource intermédiaire accueille huit femmes ayant une déficience intellectuelle avec ou sans handicap physique. Avec un manque à gagner de 70 000 $ par année, l'organisme peine à joindre les deux bouts.

Si Québec ne rehausse pas son financement, l'organisme à but non lucratif ne pourra plus assurer des services sécuritaires et adaptés aux besoins des résidentes.

Si on avait 23 $ de plus par résidente par jour, on pourrait facilement répondre à leurs besoins.

Gonzague Poirier, président de la Maison Marie-Pierre

Manque de ressources

La Maison Marie-Pierre connaît une situation financière précaire depuis plusieurs années, mais, depuis deux ans, les fonds publics alloués diminuent alors que les besoins ne cessent d'augmenter.

« [Les résidentes] sont des femmes qui présentent toutes une déficience intellectuelle. La majorité de ses dames-là présentent aussi un handicap physique important. Ces gens-là nécessitent des préposés pour les soins d'hygiène, les aider à manger, des équipements spécialisés », explique le président de l'organisme, Gonzague Poirier.

Il craint que la fermeture de la résidence, une ressource unique en Gaspésie, ait des impacts désastreux sur les résidentes qui devront être déplacées vers le CHSLD.

« C'est des personnes qui viennent des deux MRC, de Bonaventure et d'Avignon, c'est-à-dire de Carleton-sur-Mer à Shigawake, et parmi ces résidentes, il y en a trois qui sont là depuis l'ouverture de la Maison, c'est à dire depuis près de 25 ans », dit-il.

Les administrateurs de la Maison Marie-Pierre souhaitent que Québec revoie le montant alloué à la résidence ainsi que l'outil de classification qui ne tient pas compte des besoins réels. Ils espèrent qu'une solution permanente sera trouvée pour assurer la viabilité de la maison et éviter la fermeture.

Le CISSS de la Gaspésie

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Gaspésie dit poursuivre ses efforts pour supporter l'organisme.

La direction du CISSS a toutefois fait savoir, par écrit, qu'elle considère le financement actuel adéquat et qu'un rehaussement serait inéquitable pour les autres ressources d'hébergement.

La Maison Marie-Pierre emploie une douzaine de travailleurs.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Santé mentale