•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Puits Bourque : la fracturation hydraulique sera envisagée

Exemple de fracturation hydraulique

Exemple de fracturation hydraulique

Photo : Brennan Linsley

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les organismes environnementaux gaspésiens Tache d'huile et Environnement Vert Plus s'inquiètent des méthodes d'exploitation de Pétrolia sur le site de Bourque, près de Murdochville.

À la suite de la publication, la semaine dernière, des résultats des derniers travaux de forage entrepris au cours des derniers mois aux puits Bourque no 1 et no 3, les porte-paroles de Tache d'huile et d’Environnement Vert Plus en déduisent que Pétrolia aura recours à la fracturation hydraulique pour exploiter son gisement.

Ses résultats indiquent notamment que les réservoirs des deux puits sont peu perméables. D’après Pétrolia, d’autres travaux supplémentaires seront nécessaires pour mieux évaluer le potentiel commercial des puits, dont l’étude des « meilleures options de stimulation et de complétion ».

Nastassia Williams de Tache d’huile, met en garde la population contre le procédé de fracturation qui comporte des risques majeurs pour la préservation des nappes phréatiques et la qualité de l’air. « On a démontré aussi que dans les endroits où la fracturation a été utilisée, il y a eu une augmentation des tremblements de terre », ajoute Mme Williams.

La propriété Bourque, localisée à 30 km à l’est de la ville de Murdochville. En 2013, une évaluation indépendante a estimé les réserves de gaz naturel humide de la formation géologique à 1000 milliards de pieds cubes.

La carte de la Gaspésie qui montre que le site Bourque se situe entre Murdochville et Grande-Vallée.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le site Bourque se situe entre Murdochville et Grande-Vallée.

Photo : Radio-Canada

Une possibilité

La pétrolière ne nie pas qu’elle pourrait recourir à la fracturation hydraulique, mais estime qu’il est trop beaucoup tôt puisque les méthodes d'exploitation du gaz du gisement Bourque n'ont pas été encore déterminées.

Le porte-parole de Pétrolia, Jean-François Belleau, assure que le moment venu, la population sera informée en toute transparence des décisions prises concernant l’exploitation du gisement Bourque.

« Quand, indique M. Belleau, on va déterminer les prochaines étapes de complétion, que ce soit l'installation d'une pompe mécanique jusqu'à la fracturation hydraulique peut-être, alors là, on va informer la population à commencer par les gens de Murdochville, de Grande-Vallée, de Petite-Vallée et de Cloridorme. »

Bureaux de Pétrolia à QuébecAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bureaux de Pétrolia à Québec

Photo : Radio-Canada

À titre d’opérateur, Pétrolia a indiqué à ses partenaires qu’elle avait besoin pour le moment d’effectuer d’autres essais de production.

En mai dernier, Pétrolia a fusionné avec une entreprise albertaine Calgary Pieridae Energy, qui se spécialise dans la liquéfaction du gaz naturel.

Pétrolia doit d’ailleurs convoquer une assemblée de ses actionnaires afin de conclure la transaction.

Pour satisfaire aux exigences de solvabilité de la Loi canadienne sur les sociétés par actions, les actionnaires devront approuver une résolution pour réduire le capital déclaré des actions ordinaires à 1 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !