•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

La tradition québécoise du déménagement

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le reportage de Jean-Francois Poirier.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Comme le veut la coutume, le 1er juillet rime souvent avec déménagement au Québec. Savez-vous ce qui explique cette migration annuelle à date fixe, devenue un véritable phénomène social?

Au bulletin Ce soir du 1er juillet 1977, la journaliste Jeanine Morin présente un court reportage sur le sujet. Jusqu’au milieu des années 1970, les baux locatifs expirent le 30 avril et les ménages quittent leur logement le 1er mai. Afin d’éviter de perturber l’année scolaire, le gouvernement du Québec vote une loi en 1974. Celle-ci décrète que les baux doivent désormais se terminer le 30 juin.

La tradition de déménager à date fixe remonterait à l’après-guerre, alors que la province connaissait une grave pénurie de logements. Afin de protéger les locataires contre des évictions hivernales, l’Église catholique aurait fait pression pour interdire les déménagements avant le mois de mai.

Aujourd’hui, près d’un déménagement sur cinq se déroule dans les semaines entourant le 1er juillet. Ce mouvement de masse occasionne une hausse des coûts associés au transport et à la main-d’oeuvre.

Encore plus de nos archives 

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.