•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La maison St-Pierre vouée à la destruction

On voit la maison brune, blanche et grise derrière un arbre, ensoleillée.
La maison St-Pierre de Maidstone a appartenu à des familles francophones depuis 1856 et peut-être même avant. Photo: Radio-Canada / Édith Drouin

Le projet de sauvetage de la maison St-Pierre à Lakeshore a toutes les chances d'avorter après que le conseil municipal eut décidé de reporter sa décision sur l'avenir de l'un des derniers vestiges du patrimoine franco-ontarien dans le sud-ouest de l'Ontario.

« Ils n’ont même pas lu le rapport ! » s’est insurgée Suzanne Allison du collectif Belle River Log Cabin, le regroupement de résidents qui souhaite sauvegarder la maison ancestrale.

Toutes les options étaient présentées dans le rapport, mais les conseillers n’étaient pas au courant. Ils s’en foutent! C’est terminé.

Suzanne Allison, collectif Belle River Log Cabin

La Ville avait mandaté un comité au début du printemps afin d’évaluer une ultime proposition de sauvetage de cette maison presque bicentenaire. La proposition consistait en un partenariat avec l’organisme sans but lucratif Voyageurs Métis afin de déménager l'édifice sur un site où elle aurait été restaurée et transformée en centre culturel et galerie d'art.

Le projet, évalué à environ 80 000 $, avait été approuvé par le comité consultatif des arts. Toutefois lors de la réunion du conseil municipal mardi soir, la confusion au sujet du projet était manifeste.

Certains conseillers ont plaidé pour que la Ville « préserve un morceau » de son histoire, d’autres se sont carrément demandé à quoi cela pouvait bien servir.

À quoi ça sert de faire un musée avec la maison si personne ne va le visiter ?

Len Janisse, conseiller municipal

Les conseillers ont finalement voté une motion pour mener d’autres évaluations, et « tenir des discussions avec les principaux intéressés », une motion interprétée par Suzanne Allison comme un manque d’intérêt flagrant.

« Voyageurs Métis va quitter le projet, et nous, nous allons abandonner. Elizabeth, la propriétaire de la maison St-Pierre, va la démolir », explique-t-elle.

Une décision déchirante

La propriétaire de la maison St-Pierre, Elizabeth McInnes St-Pierre, avait affirmé plus tôt qu’elle baisserait les bras advenant l’absence d’une décision ferme de la part du conseil municipal.

Elle prévoit démolir la maison de ses ancêtres cet été, faute d’être en mesure de continuer à l’entretenir.

C’est une décision que je vais prendre avec un coeur très, très lourd. Ça sera d’une grande tristesse pour moi, et une perte pour la famille et tous les francophones de la région.

Elizabteh McInnes St-Pierre, propriétaire de la maison

Situé route Belle River Ouest, le bâtiment a été construit en 1856 et a toujours appartenu à des familles francophones.

Windsor

Francophonie