•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

McDonald's francise ses Joyeux festins à Grande Prairie à la demande d'enfants

Logo de McDonald's

Chaîne McDonald's

Photo : Getty Images / NICOLAS ASFOURI

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des élèves de l'École Nouvelle Frontière, à Grande Prairie, ont fait prendre conscience aux succursales locales de McDonald's qu'elles n'offraient aucun livre en français aux enfants du chef-lieu de la francophonie albertaine. Une situation que le gérant a promis de corriger.

Un texte de Sébastien Tanguay

Menés par leur enseignante Michelle Hunter, 17 élèves de 9 et 10 ans ont rédigé une lettre au propriétaire du McDonald's qu'ils ont l'habitude de fréquenter. Leur demande : que des livres en français accompagnent leur Joyeux festin.

Quand nous sommes allés porter nos lettres, il y avait plus de clients qui parlaient français qu'anglais dans le restaurant. Sur cinq tables, trois étaient francophones!

Une citation de : Tristan Chalifoux, élève dans la classe de Michelle Hunter

Accueillis lundi par la gérante Marilou de Guzman, ces élèves sont parvenus à éveiller l'attention du gérant principal du restaurant - qui leur a annoncé mardi qu'il approuvait leur demande, lors de leur tout dernier jour de classe. « Bien entendu que je vais leur fournir des livres en français », a affirmé le gérant au bout du fil, préférant demeurer anonyme, lorsqu'il a été contacté par Radio-Canada.

Le gérant principal a toutefois souligné qu'il s'agissait de son initiative personnelle, et non d'un engagement officiel de la part de la célèbre chaîne.

C'est comme si vous me demandiez un hamburger personnalisé. Ça va me faire plaisir de vous le préparer, mais ça ne veut pas dire que le McDonald's d'Edmonton fera la même chose.

Une citation de : M. Chris, gérant principal des McDonald's de Grande Prairie

Le gérant n'était pas non plus en mesure d'indiquer quand les livres écrits dans la langue de Molière seraient disponibles ni pour combien de temps. « Ça va dépendre de ce McDonald's va nous fournir », a-t-il précisé.

« Ce n'est qu'un début »

L'enseignante Michelle Hunter avance que la mesure serait même étendue aux succursales de Peace River. Elle promet également de ne pas en rester là. Dès la rentrée, une nouvelle cible l'attend : le détaillant Costco.

Je ne fais que commencer. À l'automne, c'est Costco qui sera dans notre collimateur.

Une citation de : Michelle Hunter, enseignante

Mme Hunter déplore que les kiosques trônant à l'entrée de la succursale locale ne proposent, selon elle, aucun livre en français. « Je suis certaine qu'ils vendraient des livres en français ici. Mais pour en vendre, il faut d'abord en offrir! » croit-elle.

Pour l'enseignante, qui a beaucoup milité pour qu'une école francophone ouvre ses portes à Grande Prairie, il s'agit d'une question de cohérence - mais également de survie.

« Notre communauté ne cesse de grandir, sans que les établissements s'adaptent. Mes élèves ne peuvent reconnaître leur identité nulle part en dehors de l'école. C'est important qu'ils puissent apprécier leur langue ailleurs que dans les manuels scolaires », soutient-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !