•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une sixième baleine mystérieusement morte dans le golfe du Saint-Laurent

Des chercheurs sur un radeau pneumatique à côté d'une carcasse de baleine.

Des chercheurs de la Marine Animal Response Society examinent l'une des carcasses à la dérive dans le golfe du Saint-Laurent.

Photo : Marine Animal Response Society

CBC
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Six carcasses de baleines noires de l'Atlantique Nord ont été trouvées jusqu'à présent en juin dans le golfe du Saint-Laurent, ce qui équivaut à plus de 1 % de la population de cette espèce menacée.

Les carcasses ont toutes été trouvées dans une zone entre l’île Miscou du Nouveau-Brunswick, les Île-de-la-Madeleine et la pointe nord de l’Île-du-Prince-Édouard.

Selon Tonya Wimmer, biologiste marine de l’organisme Marine Animal Response Society, c’est un événement presque sans précédent. Il n’y a pas eu d’incident auparavant impliquant un si grand nombre de baleines mortes en seulement quelques semaines, dit-elle.

L’espèce est aussi connue sous le nom de baleine franche de l’Atlantique Nord. Le ministère des Pêches et des Océans estime qu’il ne reste qu’environ 500 individus dans le monde.

La mort d’un seul de ces mammifères marins est une grande perte étant donné leur faible nombre, souligne Mme Wimmer.

Au moins deux baleines noires trouvées mortes récemment sont des femelles, ce qui est encore plus dévastateur pour l’espèce, car les femelles peuvent donner naissance de 5 à 10 fois durant leur vie, précise Tonya Wimmer.

Des morts mystérieuses

Il n’y a aucun signe visible sur les baleines en question qui permet d’expliquer de quoi elles sont mortes, ajoute Tonya Wimmer.

Le ministère essaie d’éclaircir les causes de la mort des baleines. Cathy Merriman, biologiste au ministère spécialiste des espèces menacées, affirme qu’on ne peut tirer aucune conclusion avant de faire une nécropsie.

Il faudrait donc remorquer l’une des carcasses jusqu’à la côte pour la dépecer. Les conditions ne se prêtaient pas à une telle opération jusqu’à présent.

Carte du golfe Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les baleines mortes ont été trouvées dans cette zone du golfe du Saint-Laurent.

Photo : Google

En remorquant une carcasse, ajoute Marc LeCouffe, directeur des ressources au MPO, on court le risque qu’elle se désintègre et coule en cours de route.

Le ministère demande à toute personne qui apercevrait une baleine morte, blessée ou empêtrée dans de l’équipement de pêche de communiquer avec la Marine Animal Response Society au 1-866-567-6277.

D’après un reportage de Jordan Gill, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !