•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Marche des fiertés en Turquie dispersée par les policiers

Un manifestant turc est repoussé par des policiers munis de boucliers lors de la manifestation LGBT à Istanbul.

Un manifestant turc est repoussé par des policiers lors de la manifestation LGBT à Istanbul.

Photo : Getty Images / Bulent Kilic/AFP

Radio-Canada

La police turque a dispersé dimanche des participants de la Marche des fiertés LGBT à Istanbul en tirant des balles en caoutchouc.

Le rassemblement devait avoir lieu place Taksim, malgré l’interdiction décrétée la veille par les autorités locales.

Au moins une centaine de personnes étaient rasemblées, dimanche, dans le quartier avoisinat de Cihangir, jouant des percussions et scandant des slogans tels que « Ne soyez pas silencieux, criez, les gais existent! » La police a alors eu recours à du gaz lacrymogène.

Selon un journaliste de l’AFP, des policiers ont tiré des balles en caoutchouc vers un groupe d’une quarantaine de participants.

Des barrages policiers, des véhicules de contrôle antiémeute et des autobus ont été disposés aux alentours de la place Taksim. Un hélicoptère a également été aperçu en train de survoler la zone.

Samedi, le gouvernorat d’Istanbul avait interdit la Marche des fiertés LGBT, invoquant la « sécurité des touristes ». Les organisateurs avaient balayé cette excuse « infondée » du revers de la main, annonçant que l’événement aurait lieu quand même.

Des manifestants courent pour échapper aux tirs de balles de caoutchouc de la police turque.

Des policiers dispersent les participants au défilé de la fierté gaie avec des balles en caoutchouc.

Photo : Reuters / Murad Sezer

Pour leur part, des groupes de l’extrême droite turque avaient menacé de perturber la marche puisqu’elle doit se dérouler en plein Aïd el-Fitr, fête qui marque la fin du ramadan.

Les deux dernières marches des fiertés d’Istanbul ont également été annulées. En 2016, les autorités avaient invoqué des raisons de sécurité puisque le pays avait été frappé par une série d’attentats revendiqués par le groupe armé État islamique et par les séparatistes kurdes.

En 2015, la Marche avait été interdite puisqu’elle coïncidait avec la fin du ramadan, selon l’association des LGBT.

Les manifestions précédentes s’étaient déroulées sans incident et avec la participation de milliers de personnes. La Marche d’Istanbul était considérée comme la plus importante manifestation du genre dans un pays musulman.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Moyen-Orient

International