•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba accusé de discrimination contre les personnes LGBT dans les écoles

Michelle McHale

Au Manitoba, la mère de famille Michelle McHale ne veut pas que les discussions entourant les personnes LGBT soient limitées aux cours d’éducation sexuelle.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Deux familles allèguent qu'en manquant à son obligation de fournir suffisamment de matériel pédagogique inclusif dans les salles de classe, le Manitoba donne libre cours à la discrimination contre les personnes LGBT et leurs familles.

Selon la plainte déposée, certains jeunes élèves ne se reconnaissent pas et ne retrouvent pas la réalité de leur famille dans les programmes d’études manitobains.

Les lignes directrices provinciales désignant la sexualité et l’identité sexuelle comme des sujets délicats aggravent le problème, d’après la plainte, car elles en relèguent toute discussion aux cours d’éducation sexuelle ou de santé, et les parents ont le droit de retirer leurs enfants des discussions qui ont lieu dans ces classes-ci.

« Ce que nous visons, ce ne sont pas vraiment les questions de sexualité ni de leur identité sexuelle, mais plutôt la simple diversité des familles, et l’importance de la compréhension ainsi que l’acceptation de tout le monde », explique Allison Fenske, avocate du Centre juridique d’intérêt public du Manitoba, qui représente les deux parties plaignantes.

« Les élèves doivent être capables de se voir représentés, eux et leurs familles, dans leur école et la communauté scolaire, et qu’ils sachent avec certitude que leur famille est importante », souligne la juriste.

Une « culture d’exclusion »

Michelle McHale et sa partenaire, Karen Phillips, toutes deux mères de famille, ont déposé la première des deux plaintes contre la province, pour que celle-ci change ses politiques afin de mieux refléter la réalité des élèves au Manitoba.

« Nous avons besoin que les enseignants parlent de la diversité familiale, et non pas seulement de la sexualité. Dans sa façon actuelle d’opérer, la province permet une culture d’exclusion au lieu d’une culture d’inclusion », affirme Mme McHale.

Selon la plainte déposée, la façon dont les écoles parlent et traitent des questions de sexualité et d’identité sexuelle laisse entendre que l’hétérosexualité et la non-transsexualité sont normales, et que toute déviation de ces normes est aberrante.

Mme McHale veut que les discussions entourant les personnes LGBT ne soient pas limitées aux cours d’éducation sexuelle.

[Qu’on parle des personnes LGBT] dans des livres de la bibliothèque, dans les problèmes mathématiques, dans les sciences humaines, dans tous les sujets et tous les endroits où l’on parle d'êtres humains, et pas seulement dans les cours d’éducation sexuelle ou d’éducation physique.

Une citation de : Michelle McHale, plaignante et mère de famille

Une enfant victime

Dans la deuxième plainte, une famille non identifiée allègue qu’une enfant a été victime d’homophobie et de transphobie parce que ses parents s’identifient comme étant allosexuels.

« Au lieu de protéger, d’affirmer [ses droits] et de respecter la fille [de la partie requérante] et sa famille, le personnel de l’école a dévoilé publiquement leur situation familiale et, ensuite, semblait incapable de composer avec les problèmes d’intimidation qui en ont découlés », allègue la partie plaignante.

En outre, les enseignants n’ont pas discuté de la notion d’identité sexuelle avec la fille et ses camarades de classe, même si cela aurait pu aider à aborder les problèmes de brimades, car le sujet avait été jugé inapproprié, selon les documents déposés.

Mme Fenske se dit optimiste par rapport à la possibilité que la province écoute ses préoccupations et réponde rapidement.

« Essentiellement, notre message est simple : l’acceptation d’une personne pour qui elle est ne doit pas être une leçon facultative », conclut pour sa part Michelle McHale.

Avec des informations de Cameron MacLean et de Meaghan Ketcheson, CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !