•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Amazonie perd la moitié des fonds norvégiens

La forêt amazonienne bordée par des terres déboisées préparées pour la plantation de soja

La forêt amazonienne bordée par des terres déboisées préparées pour la plantation de soja

Photo : Reuters / Paulo Whitaker

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Norvège, principal bailleur de fonds des programmes de protection de la forêt amazonienne, a averti vendredi que ses paiements au Brésil seraient réduits de moitié, en 2017, en raison de l'accélération de la déforestation. Les paiements pourraient même tomber à zéro si rien n'est fait.

La première ministre norvégienne, Erna Solberg, a profité de la visite à Oslo du président brésilien, Michel Temer, pour lui faire part de son inquiétude « quant au fait que la déforestation au Brésil a sensiblement augmenté ».

En 2016, près de 8000 kilomètres carrés de forêts ont été perdus sous la pression notamment de l'élevage et de l'agriculture.

Les versements norvégiens, qui fluctuent en fonction du rythme de déforestation, risquent donc d’être « sensiblement réduits ».

« Une accélération documentée de la déforestation se soldera par une réduction du paiement de la Norvège. »

— Une citation de  Erna Solberg, première ministre de la Norvège

La Norvège avait versé 100 millions de dollars, en 2016, pour la protection de l'Amazonie, afin de lutter contre le réchauffement climatique.

Dans une lettre envoyée à son homologue brésilien, le ministre norvégien du Climat et de l’Environnement, Vidar Helgesen, a prévenu que le montant à verser serait nul en cas de nouvelle accélération, « même modeste », de la déforestation.

La première ministre de la Norvège exclut d’emblée de revoir l’accord qui lie les deux pays jusqu’en 2020.

« S’ils n’atteignent pas les objectifs […], il y aura moins de versements, voire aucun. »

— Une citation de  Erna Solberg, première ministre de la Norvège

Des groupes de manifestants ont demandé vendredi aux autorités norvégiennes de suspendre les paiements pour dénoncer la politique forestière du Brésil.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !