•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'agriculture urbaine fleurit à Moisson Winnipeg

Le jardin communautaire de Moisson Winnipeg situé devant une grande usine.

En 2016, 150 visiteurs au jardin communautaire de Moisson Winnipeg ont reçu une formation au compostage, au jardinage d’espèces indigènes, à la gestion de maladies végétales et à l'aquaponie.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En 2016, Moisson Winnipeg a récolté plus de 1500 kilos de légumes et d'herbes fraîches dans son jardin communautaire, situé derrière son édifice dans un quartier industriel de la ville.

Un texte de Christine Gosselin

Depuis une trentaine d'années, l'organisation à but non lucratif favorise le jardinage en tant que modèle durable pour améliorer la sécurité alimentaire des personnes qui vivent dans la pauvreté.

Des adolescents écoutent une dame parler.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sharmila Sunwar (chapeau orange) accueille un groupe d'étudiants de l'école Sargent Park dans le jardin communautaire de Moisson Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Avec plus de 24 000 bénévoles chaque année, Moisson Winnipeg pense qu’elle a une occasion unique de sensibiliser le public sur les avantages de l'agriculture urbaine.

Sharmili Sunwar coordonne les groupes de bénévoles qui viennent travailler dans le jardin.

« Nous avons des contenants de tous genres et de toutes les grandeurs pour montrer au public que le jardinage est possible, partout, peu importe la grandeur du terrain ou de la terrasse, souligne Mme Sunwar. Tout le monde peut avoir au moins un plant de tomates ou des herbes fraîches. »

Une femme pointe vers des contenants de lait recyclés remplis d'herbes fraîches.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sharmila Sunwar montre aux visiteurs qu’on peut faire pousser des légumes et des herbes fraîches dans des contenants de lait recyclés.

Photo : Radio-Canada

Les aliments récoltés dans le jardin de plus de 900 mètres carrés servent à la préparation des repas quotidiens servis aux bénévoles de Moisson Winnipeg. Le reste est distribué dans les banques alimentaires de la ville.

« Le chemin de fer passait autrefois sur ce terrain que nous avons reçu en don. Mais il est pollué, alors nous utilisons uniquement des contenants surélevés pour jardiner parce que nous ne voulons pas que les produits que nous récoltons soient contaminés par les métaux toxiques du sol », explique Mme Sunwar.

Un adolescent arrose les plantes qui poussent dans les contenants de recyclage.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le programme encourage l’utilisation des contenants de recyclage bleus pour faire pousser les légumes.

Photo : Radio-Canada

Moisson Winnipeg offre une formation au public dans l’espoir de réduire le recours aux banques alimentaires.

Un poivron noir pousse sur une plante.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

En 2016, les laitues, les fèves, les poivrons, les carottes, les tomates, les zucchinis, les courges et les herbes fraîches ont été les récoltes les plus productives du jardin de Moisson Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Carole Seburn, aide-enseignante à l’École Sargent Park de Winnipeg, accompagne un groupe d’élèves de 7e année à Moisson Winnipeg.

« Les jeunes ont été étonnés par le nombre de personnes qui utilisent les services des banques alimentaires, affirme Mme Seburn. Ils ont appris que le jardinage à petite échelle pouvait aider en fournissant des aliments sains qui ne coûtent pas cher. »

Une femme arrose des plantes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’aide-enseignante Carol Seburn arrose les plantes du jardin communautaire.

Photo : Radio-Canada

Une petite serre de bouteilles d'eau vides.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des petites bouteilles d’eau vides sont recyclées et utilisées comme serre pour protéger les herbes fraîches.

Photo : Radio-Canada

La construction et l’entretien du jardin communautaire se font entièrement par des bénévoles. Les graines de semence, la terre noire et les matériaux utilisés proviennent de dons.

Des plantes poussent dans deux grands contenants circulaires.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De fines herbes et du blé poussent dans les jardins pizza. « Nous espérons pouvoir mouler le blé et faire un peu de pâte, explique Mme Sunwar. C’est important que les jeunes sachent d’où provient notre nourriture ».

Photo : Radio-Canada

Mike Zasitko fait du bénévolat dans le jardin deux à trois jours par semaine. Il aime y contribuer parce qu’il trouve que Moisson Winnipeg donne beaucoup à sa communauté.

« Je suis en invalidité de mon travail depuis quelques années, dit-il. Ici, j’ai la chance de travailler dehors. Ça m’aide à regagner des forces et à me remettre en forme. »

Un homme arrose des petites plantes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le bénévole Mike Zasitko s’occupe d’arroser les plantes et de remplir les grands contenants d’eau du jardin.

Photo : Radio-Canada

Moisson Winnipeg redistribue le surplus de graines de semence et de sacs de terre à d’autres banques alimentaires et organisations, comme L’Entre-temps des Franco-Manitobaines, qui en font la demande.

J’ai des problèmes de santé mentale. Le soleil et le sol m’offrent des ions positifs qui m’aident.

Meghan Malthouse, jardinière bénévole à Moisson Winnipeg
Une femme travaille dans un jardin.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Meghan Malthouse cueille des feuilles d’épinards qui seront utilisées dans la cafeteria de Moisson Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Meghan Malthouse travaille dans le jardin communautaire en tant que bénévole. Elle trouve que le public est de plus en plus désensibilisé à la provenance des aliments et croit qu’il est important de l'informer.

« Les gens n’ont aucune idée de ce à quoi devraient ressembler leurs légumes. Quand ils commencent à jardiner, ils voient toutes les imperfections et les taches, explique-t-elle. Ils apprennent que dès qu’on sort un aliment du jardin, il perd des nutriments. Alors, c’est dix fois mieux pour la santé de les manger immédiatement. »

Des gens travaillent dans une cuisine industrielle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les légumes et herbes fraîches du jardin communautaire sont récoltés et utilisés dans la cuisine de Moisson Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

L’an dernier, 1500 bénévoles de tous les âges sont venus aider le jardin communautaire de Moisson Winnipeg.

« J’adore travailler avec les enfants parce qu’ils sont notre avenir, dit Mme Sunwar. Ils deviendront peut-être des scientifiques, et j’aurai fait germer en eux l’idée de rendre les aliments frais accessibles à tous. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Agro-industrie