•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore trop peu de femmes pilotes

La 14e conférence sur les femmes en aviation se déroule à Calgary.

La 14e conférence sur les femmes en aviation se déroule à Calgary.

Photo : Julien Lecacheur

Radio-Canada

Au Canada, les femmes représentent moins de 5 % des pilotes, autant dans l'armée que dans le domaine civil. Cet enjeu fait partie des discussions de la conférence sur les femmes en aviation qui se déroule jeudi à Calgary.

À 21 ans, Stephanie Hepburn étudie pour devenir pilote de ligne. Encouragée par son grand-père, lui-même pilote, elle affirme n’avoir jamais senti qu’elle n’avait pas sa place en aviation. « Je ne me suis jamais dit : "Oh, je suis la seule fille de la classe, je ne peux pas le faire." Ça n’a jamais été une question pour moi. Je veux juste devenir pilote », lance-t-elle. Une confiance, qui n’est toutefois pas représentative de la réalité du métier au Canada.

Pour la pilote à la retraite des forces canadiennes, Maryse Carmichael, les raisons qui expliquent ce peu d’engouement sont multiples. « Le monde de l’aviation est encore un peu méconnu malheureusement. Quoiqu’en dix ans, on a fait de grands bonds. [...] Il y a une vingtaine d’années, quand on était sur une fréquence radio avec des contrôleurs aériens, c’était très rare d’entendre une femme parler. Maintenant, c’est fréquent. Alors, ça commence à changer tranquillement », estime-t-elle.

Elle croit que les barrières qui existaient pour les femmes en aviation ont, en grande partie, été éliminées, mais ajoute qu’il est important de privilégier les rencontres pour susciter de l’intérêt. « Je pense pour la population, juste de voir une femme dans un cockpit, voir une femme à un spectacle aérien, c’est suffisant. Ça suscite des discussions », lance t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Société