•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une carte de localisation de saumons, principale nourriture des ours

Un groupe d'ours au bord d'un lac
Un groupe d'ours au bord d'un lac Photo: (Ross Dixon

Des chercheurs de la Colombie-Britannique ont répertorié, grâce à une étude, les endroits où les ours se nourrissent de saumons, une manière de préserver ces deux espèces, disent-ils

Publiée dans la revue Ecosphere, l'étude, réalisée par la fondation Raincoast Conservation et l'Université de Victoria, a déterminé les emplacements spécifiques où plus de 1400 ours noirs et grizzlis trouvent leur repas de saumon, entre 1995 et 2014. Les chercheurs ont collecté les poils accrochés aux fils barbelés qui servent d'enclos en ratissant plus de 690 000  kilomètres carrés.

Vous mettez un appât de sauce au poisson fermenté vraiment dégoûtant au centre du corral de fil barbelé.

Megan Adams, doctorante à UVIc et auteure de l'étude
Megan Adams en train de collecter les poils d'ours sur du fil barbeléMegan Adams en train de collecter les poils d'ours sur du fil barbelé Photo : Jeremy Koreski

« C'est un appât sans récompense, il n'y a pas de gain de calories. Quand ils viennent vérifier l'odeur, ils laissent des touffes de poils sur le fil. C'est comme CSI [la série télévisée d'enquêtes], mais pour les ours », explique Megan Adams, doctorante à l'Université de Victoria et auteure principale de l'étude.

De cet échantillon de poils, Megan Adams affirme que les chercheurs peuvent déterminer beaucoup d'informations sur chaque ours, y compris la quantité de saumons qu'il mange. Ce chiffre est ensuite extrapolé.

Nous pouvons définir qui ils sont individuellement, leur genre, leur espèce, etc. Par la suite, nous pourrons distinguer les groupes alimentaires de base de leur régime.

Megan Adams, doctorante à UVIc et auteure de l'étude

Deux enseignements clés

La chercheuse a souligné deux résultats importants de l'étude. L'un est que les grizzlis mâles semblent consommer beaucoup plus de saumons que les grizzlis femelles. Et le grizzli mange, en général, plus de saumons que l'ours noir.

L'autre observation concerne la géographie. Megan Adams a déclaré que son équipe n'était pas surprise de voir que les ours près de la côte de la Colombie-Britannique, en particulier autour de la forêt pluviale du Grand Ours sur la côte centrale, consomment principalement du poisson.

Sur la côte, c'est quasiment un convoyeur de bande de saumons. C'est un buffet qui dure trois ou quatre mois.

Megan Adams, doctorante à UVIc et auteure de l'étude
Un ours couché à côté d'un saumonUn ours couché à côté d'un saumon Photo : A.S. Wright

Dans certaines rivières de l'intérieur de la province, la doctorante ne s'attendait pas à trouver une grande population de saumons rouges ou kéta. Cette information est importante, estime Megan Adams, car comprendre l'habitat de l'ours et du saumon permet de préserver les deux espèces. « La province de la Colombie-Britannique gère la vie sauvage, le ministère de Pêches et Océans gère le saumon. Ces deux systèmes sont extrêmement liés, et pourtant ils sont gérés par des corps très différents », souligne la chercheuse. Elle pense qu'une telle « visualisation » a un « très grand impact ».

Les chercheurs croient par ailleurs que cette étude va aider à établir qui sont les autres espèces qui se nourrissent de ces poissons, tels que les grizzlis, les épaulards ou encore les aigles. « Les ours serviraient alors à évaluer combien de poissons sont nécessaires au-delà du modèle actuel de gestion », affirme Megan Adams.

Colombie-Britannique et Yukon

Animaux