•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L comme lesbienne, femme et bien dans sa peau comme Sophie Ducharme

Photo de Sophie Ducharme lors du tournage de son entrevue.

Sophie Ducharme lors du tournage de son entrevue.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Entrevue avec Sophie Ducharme, une jeune femme qui aime parler de son expérience afin de briser les stéréotypes. Son style a eu une grande influence sur son affirmation en tant que lesbienne. Aujourd'hui plus que jamais, elle s'estime bien dans sa peau.

1. Quelle lettre vous définit le mieux dans l'acronyme LGBTQ? Et pourquoi?

Je m’identifie comme une femme lesbienne, donc cisgenre. C’est-à-dire que je m'identifie au sexe de ma naissance.

C’est une chose de sortir du placard et de dire que tu aimes les femmes, mais l’autre étape majeure, c’est de trouver son identité.

Très jeune, j'ai réalisé que je n’étais pas attirée par les hommes, mais par leur style. Il y a eu un déclic, et j’ai commencé à explorer la mode masculine, et c’est maintenant mon style.

« Je disais [en parlant d’un garçon] « Lui je l’aime », mais en fait ce n’était pas lui, mais son style [que j'aimais]. »

— Une citation de  Sophie Ducharme

Mais c’est venu bien plus tard après être sorti du placard. Ça m’a pris du temps pour gagner la confiance nécessaire afin d’aller acheter ce genre de vêtements au magasin.

Les employés passaient des commentaires en me rappelant que ces vêtements étaient faits pour des gars. J’ai senti le jugement, et ça a retardé mon affirmation et mon épanouissement.

2. Comment votre identité est-elle perçue par votre entourage?

Je n’ai jamais été stigmatisée par la famille, les amis ou les collègues de travail. Ils ont toujours été là pour moi, et ils sont toujours là.

De la manière dont je m’habille et je me coiffe, il est très facile de m’identifier comme lesbienne. Je rejoins certains stéréotypes, alors parfois, peut-être que je peux intimider certaines personnes.

Mais aussi, certaines filles m’interpellent afin de savoir ce que je porte, car elles aiment mon style, et on peut alors échanger des conseils vestimentaires.

Photo de Sophie Ducharme
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sophie Ducharme s'affirme comme lesbienne. Elle se dit plus épanouie en adoptant un style plus conforme au genre masculin.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

3. Pourrait-on dire que l'affirmation de votre identité passe entre autres par le fait de jouer avec les stéréotypes?

En fait, j’aime interpeller les gens pour essayer de briser les stéréotypes. Je veux leur faire voir qui je suis, et qu’ils apprennent à me connaître plus en profondeur que simplement par mon style et la façon dont je m’habille.

Ce n’est pas parce que tu vois une fille habillée avec des vêtements de gars qu’elle joue à la balle molle et qu’elle est douée avec les outils… Même si c’est mon cas!

Je trouve que plus je vieillis, moins je ressens le besoin de m'afficher ou de cadrer dans un certain stéréotype de la communauté.

4. Vous sentez-vous solidaire de la communauté? Quelle importance ça a pour vous?

Je crois que c’est important de l’être là où je suis rendue dans ma vie, avec tout le support que j’ai reçu.

Puisque je me sens forte et fière dans la personne que je suis devenue, je sens que c’est à mon tour d’être là pour les autres afin de leur montrer qu’il n’est pas nécessaire de correspondre à ce à quoi la société s'attend de nous.

Ce que je dis aux jeunes, c’est de se questionner à savoir qui ils sont, et où ils veulent aller, et de continuer à se questionner tout au long de leur vie.

J’aime bien m’afficher pour montrer aux autres que tu n'as pas à entrer dans le moule pour être heureux et pour réussir dans la vie.

Acronyme LGBTQ  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !