•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ambition et la progression de Pierre-Olivier Joseph

Pierre-Olivier Joseph
Pierre-Olivier Joseph Photo: Islanders de Charlottetown
Radio-Canada

Pierre-Olivier Joseph ne passe plus sous le radar des équipes de la LNH. Vingt-neuf d'entre elles ont tenu à le rencontrer au Combine de Buffalo (évaluations physiques), à la fin mai et au début juin, pour mieux l'évaluer en vue du repêchage. Portrait d'un défenseur en pleine ascension et rempli de promesses.

Pierre-Olivier Joseph a pris l’habitude de confondre et de convaincre les sceptiques. « Prouver que j’avais ma place était toujours la première chose à faire », dit-il en réfléchissant à son parcours.

Lointain choix de cinquième tour des Islanders de Charlottetown en 2015, il arrive maintenant 27e chez les patineurs nord-américains dans la liste de la centrale de recrutement de la LNH en vue du repêchage de ce week-end à Chicago.

Un seul espoir de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) est mieux classé sur cette liste : le prodige suisse Nico Hischier, qui sera vraisemblablement choisi aux 1er ou 2e rangs.

La progression de Joseph a été fulgurante en 2016-2017. Le défenseur de Chambly a amassé 39 points, 31 de plus qu’à sa première campagne dans la LHJMQ. Il en est lui-même surpris.

« J’ai vraiment dépassé les buts que je m’étais donnés au début de l’année, confie celui qui fêtera ses 18 ans le 1er juillet […] J’ai gagné beaucoup de confiance avec des joueurs qui m’ont mis dans de bonnes positions. L’important, c’est d’avoir une bonne mentalité, de se rappeler que c’est juste un sport, qu’on a du fun à faire ça depuis qu’on est jeune. »

« Il a beaucoup de potentiel, explique à Radio-Canada Sports un recruteur d'une équipe de l'Association de l'Est. Il n’est pas un produit fini. Il y a des joueurs dont tu as une bonne idée de ce qu’ils vont devenir parce qu’ils sont des produits finis, ou presque […] Lui, avec son potentiel, il pourrait un jour être sur une deuxième paire [dans la LNH] si tout va bien et qu’il se développe. »

« Il est plus cérébral que physique, il bouge bien. Mais il a grandi vite et, parfois, il manque un peu de coordination. Mais tu sais que ça va se placer », ajoute ce recruteur.

L’enjeu pour la suite de son développement n’est pas tant la taille que le poids, à seulement 74 kg (163 lb) pour 1,88 m (6 pi 2 po). « Prendre de la masse musculaire et devenir plus fort, c’est mon but premier », avoue le joueur.

Un précieux allié

Pierre-Olivier Joseph est très près de son frère Mathieu, attaquant de 20 ans qui vient de terminer sa quatrième et dernière saison dans la LHJMQ avec les Sea Dogs de Saint-Jean (Nouveau-Brunswick) et qu’il a affronté pendant deux ans.

« On se donnait des conseils par rapport à nos matchs, raconte-t-il. On jouait l’un contre l’autre, alors on pouvait dire ce que l’autre pouvait améliorer, ce qu’il faisait de bien ou de mal. »

Je ne pourrais pas demander d’avoir une meilleure personne dans mon entourage qui me soutient chaque jour et qui me pousse à devenir meilleur.

Pierre-Olivier Joseph

Mathieu Joseph connaît bien la pression de se mettre en valeur à son année d’admissibilité pour le repêchage de la LNH, pour l’avoir vécu en 2014-2015. Il avait alors été choisi au quatrième tour par le Lightning de Tampa Bay. Il a été à cet égard un précieux allié pour son frère l’année dernière.

« Je lui disais de rester calme, de jouer au hockey et d’avoir du fun, se souvient-il. Que le reste, tu ne peux pas le contrôler. Je pense que ça l’a aidé à ne pas se faire d’attentes pour le repêchage. »

Mathieu Joseph le 3 janvier 2017 à Montréal, au Championnat du monde de hockey juniorMathieu Joseph le 3 janvier 2017 à Montréal, au Championnat du monde de hockey junior Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

29 équipes sur 31

À Buffalo, Pierre-Olivier Joseph a eu des entretiens avec toutes les équipes de la LNH, sauf les Predators de Nashville et les Kings de Los Angeles, signe évident de l’intérêt qu’il suscite à l’approche du repêchage.

Il se souvient d’entretiens enrichissants, qui l’ont entre autres amené à définir ses forces, ses faiblesses, ce qu'il peut apporter à une organisation. Sans se comparer à lui, il aimerait bien devenir un joueur comme Marc-Édouard Vlasic, défenseur des Sharks de San José.

C’est vraiment un joueur intelligent avec et sans la rondelle qui a une bonne mobilité et qui fait une bonne première passe. Je veux lui ressembler le plus possible.

Pierre-Olivier Joseph

Il se souvient aussi de questions plus difficiles.

« Il y a des questions du genre : aimerais-tu mieux gagner la Coupe Stanley et jouer seulement un an ou ne jamais gagner la Coupe, mais jouer 10 ans? Il faut que tu réfléchisses », se souvient-il.

« Il y avait des gens qui pensaient qu’il n’allait pas être prêt physiquement, mais il se démarque vraiment par son intelligence. Il a aussi une belle personnalité et je suis sûr qu’il a gagné des points au Combine », avance son frère Mathieu.

« Le but est d’être repêché, simplement », dit Pierre-Olivier Joseph, sans trop penser à l’équipe qui pourrait le choisir ce week-end à Chicago.

Son frère n’a pas de souci non plus et a hâte de vivre ce moment en famille.

Quand on va entendre son nom, ça va être un beau moment. Quand il va arriver au camp de son équipe, qu’il soit un choix de premier ou de septième tour, ça ne changera rien. Il va falloir qu’il travaille. C’est juste une étape.

Mathieu Joseph

Avec les informations d'Alexandre Gascon

Hockey

Sports