•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers une refonte du programme À nous le podium

Hayley Wickenheiser, porte-drapeau du Canada lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Sotchi en 2014

Hayley Wickenheiser, porte-drapeau du Canada lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Sotchi en 2014

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Le gouvernement canadien pourrait bientôt modifier sa stratégie de financement À nous le podium, qui vise à aider les athlètes les plus susceptibles de gagner des médailles aux Jeux olympiques et paralympiques.

Le ministère du Patrimoine canadien, responsable de Sport Canada, a publié jeudi un rapport sur la révision de sa stratégie de « recherche de l'excellence », qui établit le financement des athlètes en fonction de leurs chances de remporter des médailles.

Depuis la mise en place de cette stratégie, il y a une douzaine d'années, le Canada a connu ses meilleurs Jeux d'hiver à Vancouver en 2010, avec 26 médailles, dont 14 d'or. En 2016, aux Jeux d'été de Rio, le pays a fait très bonne figure avec ses 22 médailles, dont 4 d'or.

Le gouvernement fédéral est le plus important soutien financier du développement des athlètes olympiques et amateurs. Ottawa consacre environ 200 millions de dollars chaque année.

Le programme À nous le podium formule ses recommandations pour le versement de 70 millions, dont 6 millions proviennent du Comité olympique canadien, aux fédérations sportives dont les athlètes présentent de très bonnes chances de médailles.

Le rapport de Patrimoine Canada conclut que cette stratégie a porté ses fruits, mais la moitié des athlètes olympiques interrogés estiment que le système devrait être grandement revu et corrigé.

Certains reprochent au programme de ne pas permettre le développement à moyen terme d'un athlète, car le financement aux fédérations est réévalué chaque année, et peut donc être retiré d'une année à l'autre, en fonction des performances des athlètes.

Ainsi, l'équipe nationale de skeleton a reçu 3 500 000 $ en quatre ans en vue des Jeuxde 2014, mais son financement a été réduit à 386 000 $ les trois années suivantes.

Le rapport recommande donc que le financement d'À nous le podium soit garanti pour plus d'une année.

La ministre des Sports et des Personnes handicapées, Carla Qualtrough, estime que les athlètes ne devraient pas subir cette pression indue. Des mauvaises performances peuvent en effet avoir une incidence sur le montant que les athlètes et leur entraîneur reçoivent.

Le rapport, rédigé par la firme de consultants en gestion Goss Gilroy, d'Ottawa, parle aussi d'une confusion à la direction du sport amateur au pays.

« On ne sait pas très bien qui est responsable de prendre les décisions en matière d'excellence, alors qu'aux États-Unis, par exemple, c'est le Comité olympique américain qui gère le programme d'excellence », lit-on dans le rapport.

On souligne aussi un manque de ressources pour former la relève de ces athlètes de haut niveau.

Le gouvernement libéral a déjà promis une somme de 5 millions par année, pendant quatre ans, pour le programme Prochaine Génération, pourvu que le programme À nous le podium recueille un montant équivalent en contributions extérieures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Sports