•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

I comme Intersexe, professeure, mère, activiste et comme Morgan

Photos de Morgan chez elle

Morgan Holmes, professeure et sociologue à l'Université Wilfrid-Laurier à Waterloo, se définit comme intersexe

Photo : Morgan Holmes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Entrevue de Morgan Holmes, professeure et sociologue à l'Université Wilfrid-Laurier à Waterloo qui se définit comme intersexe. À l'âge de sept ans, elle subit l'amputation de son clitoris à l'hôpital pour enfants de Toronto. Un traumatisme qui changera radicalement sa vie.

1. Quelle lettre vous définit le mieux dans l'acronyme LGBTQ et pourquoi?

MORGAN : Je suis I comme Intersexe dans l’acronyme.

Tout notre système est un système binaire avec les hommes et les femmes. Les gens pensent que c’est un fait biologique. La raison d’être c’est pour avoir des enfants.

Les Intersexes existent et remettent en question ce point de vue.

« Au XXe siècle, les médecins et les chirurgiens ont vu ces enfants intersexes comme un problème biologique qui vient en contradiction avec le monde binaire. Il fallait le "réparer" pour être binaire : être un garçon ou une fille, simplement. »

— Une citation de  Morgan Holmes

Pour moi, c’est une chose hétérosexiste* de voir les bébés comme ça. Il faut seulement être mâle ou femelle, se marier et avoir des enfants. C’est un système.

Les Intersexes ont une raison d’être dans l’acronyme. Ils ne sont ni l’un ni l’autre. Nos corps ne sont pas seulement homme ou femme.

Les seules personnes qui ont vu cette oppression comme une chose claire, ce sont les lesbiennes et les gais. Ils nous ont dit : vous faites partie de notre famille aussi.

Définition d’Intersexe :
Personne dont le sexe biologique ou assigné à la naissance présente naturellement des caractéristiques qui ne sont pas strictement masculines ou féminines.

2. Quelle importance accordez-vous à cette identité?

MORGAN : Je suis né en 1967. À ce moment, il était commun pour des femmes enceintes de recevoir des progestatifs pour éviter des accouchements prématurés.

Ma mère enceinte et moi comme embryon en avons reçu. Les produits ont passé la barrière du placenta.

« Quand j’ai eu sept ans, les chirurgiens de l’hôpital pour enfants malades à Toronto ont amputé mon clitoris. Ils ont dit qu’il était trop large. »

— Une citation de  Morgan Holmes

Quand j’ai eu 25 ans, j’ai demandé mes rapports médicaux pour savoir.

J’ai lu que le clitoris « abominable » (dit-elle avec humour) mesurait seulement 1,05 cm en longueur et faisait 1 cm d’épaisseur!

Cette grosseur dérangeait à l’époque. Le rapport des médecins disait que si on l’enlevait ce serait plus beau et plus féminin. Il y était même écrit : This intervention made a very pleasing cosmetic effect (NDLR cette intervention a donné un effet cosmétique très plaisant). Je ne pouvais pas l'accepter.

« J’ai appris ce jour-là le diagnostic d’intersexe. J’étais femme XX sur les chromosomes, mais désignée pseudo-hermaphrodite. »

— Une citation de  Morgan Holmes

Les progestatifs ont changé mon corps. Le clitoris était un peu plus grand, mais ma santé était bonne. Je n'étais pas malade.

C’est pour cela que j’ai pris l'identité d’Intersexe, pour ainsi réparer une chose perdue.

« Pour moi c’est une mutilation. »

— Une citation de  Morgan Holmes

Nos lois criminelles au Canada interdisent les excisions faites pour des raisons culturelles par certaines populations immigrées venant d’Afrique ou du Moyen-Orient.

Mais pour nous seulement les Intersexes, cette chirurgie est toujours légale.

« L'excision et l'amputation du clitoris sont la même chose pour moi. »

— Une citation de  Morgan Holmes

Chaque année, nous avons quelques milliers de personnes qui naissent intersexes au Canada. C’est encore une question taboue.

3. Comment vivez-vous votre identité avec vos proches et collègues?

MORGAN : Dans ma famille, avec mon mari et mon fils, c’est une chose assumée et connue depuis 25 ans. Ce n’est pas une affaire. Je suis « out » avec eux.

Ma mère comprend très bien pourquoi j’ai pris cette identité, mais dans ma vie de tous les jours, je n’en parle pas forcément spontanément.

Dans ma vie professionnelle, mes collègues sont très ouverts, mais quand il en arrive de nouveaux, il faut faire son éternelle sortie du placard.

« Être femme, belle et toutes ces choses là, c’est difficile pour moi. Car je suis hanté par le monstre que le système médical a mis dans mon cerveau. »

— Une citation de  Morgan Holmes

Je suis professeure dans une université très conservatrice. Chaque année, nous avons de nouveaux étudiants. Est-ce que je dois être « out » ou non? Je dois jauger mon auditoire pour voir s’il est plus ouvert et m’adapter.

Je donne des cours sur les théories du genre et les Intersexes. Il y a quelques années, une de mes étudiantes m’a dit que c’est purement théorique et que les parents ont besoin de savoir si leur enfant est un garçon ou une fille.

« Elle m’a dit comment vous pouvez savoir cela? Et je lui ai répondu que je le sais parce que je suis une personne intersexe. Et sa réponse a été que j’étais un monstre! »

— Une citation de  Morgan Holmes

4. Vous sentez-vous solidaire de la communauté LGBTQ?

MORGAN : Absolument. J’ai un fait un discours cette année pour l’association EGALE qui supporte les membres la communauté LGBTQ. Cette famille LGBTQ m’a adoptée et j’ai l’adoptée.

« Les associations comme l’ILGA ont été les premières à supporter les activistes intersexes. Ce ne sont pas les personnes hétérosexuelles qui nous ont soutenues. »

— Une citation de  Morgan Holmes

Nous avons différents groupes intersexes. Certaines associations considèrent la question de l’intersexe comme une question médicale.

Mais moi, je suis en contact et supporte celles qui considèrent que ce ne sont ni des maladies congénitales, ni des malformations, ni des aberrations.

Acronyme LGBTQ  

* Hétérosexime : système de pensée idéologique faisant de l'hétérosexualité la norme unique à suivre en matière de pratique sexuelle.
** Cisgenre : se dit d'une personne dont l’identité de genre correspond à l'expression de genre.
Définitions de l'Office québécois de la langue française

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !