•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Journée nationale des Autochtones : un événement rassembleur au Musée Shaputuan

Un jeune innu célèbre la journée nationale des Autochtones.

Cette année marque le 21e anniversaire de la Journée nationale des Autochtones.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada

Plusieurs activités sont organisées aujourd'hui au Musée Shaputuan de Uashat-Maliotenam dans le cadre de la Journée nationale des autochtones.

Un texte de François Robert

D’année en année, de plus en plus de gens se rassemblent au Musée Shaputuan à l'occasion de la Journée nationale des Autochtones, remarque l’ancien chef de la communauté de Uashat-Maliotenam, Georges-Ernest Grégoire.

Un grand souper communautaire est prévu en soirée. Des outardes étaient déjà en train de griller sur le feu en après-midi.

Deux outardes rôtissent au-dessus du feu.

Des outardes rôtissent au-dessus d'un feu de bois pour célébrer la journée nationale des autochtones.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

« Il y a du caribou et de l’outarde, il y a d’autres mets également la banique et tout, explique Lauréat Moreau, coordonnateur au Musée Shaputuan. Cela fait que tout le monde est invité, bien entendu, les gens de la région de Sept-Îles, peu importe d’où ils viennent. C’est gratuit pour tout le monde, parce que ce sont des mets et des viandes que l’on reçoit de la nature, en fait, le caribou, l’outarde, ça nous est donné gratuitement, alors il faut le transmettre gratuitement aussi. »

Georges-Ernest Grégoire, l’aîné et ancien chef de la communauté de Uashat-Maliotenam, en entrevue lors de la journée nationale des autochtones

Georges-Ernest Grégoire, l’aîné et ancien chef de la communauté de Uashat-Maliotenam

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

L’aîné et ancien chef de la communauté, Georges-Ernest Grégoire, a tenu à lancer un message pour les jeunes et le vivre ensemble.

« Je pense que les jeunes, il faut qu’ils soient conscients de leur culture. Qu’ils se connaissent bien eux-mêmes en tant qu'Innus, cela est très important, puis de ne pas être gênés d'être Innus. La région et la ville de Sept-Îles, on est ensemble et on travaille ensemble, ça va très bien. Avec le temps, on va apprendre à vivre ensemble », indique Georges-Ernest Grégoire.

Le danseur traditionnel cri, Gary Mc Farland, était parmi les invités de la communauté de Uashat-Maliotenam.

Des prestations musicales sont au programme après le souper communautaire.

Côte-Nord

Société