•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pessamit dépose une injonction contre Hydro-Québec

René Simon, chef du conseil de bande de Pessamit, en conférence de presse

René Simon, chef du conseil de bande de Pessamit

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après avoir envoyé une mise en demeure à Hydro-Québec en novembre, la communauté innue de Pessamit ne lâche pas le morceau. Le conseil de bande a déposé mercredi une injonction contre la société d'État concernant le rehaussement du réservoir Manicouagan amorcé à l'automne 2016.

Le chef de Pessamit, René Simon, accuse la société d'État de ne pas avoir consulté sa communauté.

En agissant de la sorte, Hydro-Québec a manqué à l'obligation constitutionnelle de consultation relativement aux droits des nations autochtones.

Une citation de : René Simon, chef de Pessamit

Le niveau de l'eau montera à son plus haut niveau depuis le début des années 1980 afin d'alimenter le barrage de Manic-5.

Le réservoir Manicouagan vu depuis la crête du barrage Daniel-JohnsonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le réservoir Manicouagan vu depuis la crête du barrage Daniel-Johnson

Photo : Radio-Canada

René Simon allègue que les berges du réservoir Manicouagan permettent à la communauté d'« accéder au réservoir Manicouagan pour y pêcher, accoster leurs embarcations, camper, trapper et chasser ».

Il argue que le rehaussement du réservoir Manicouagan provoquera la disparition de milliers d'hectares de forêts, d'animaux et de frayères. Il souligne que Pêches et Océans Canada a ouvert une enquête à ce sujet.

Le conseil de bande s'inquiète aussi du mercure qui sera rejeté dans le bassin par les arbres submergés.

Hydro-Québec continue comme si les Autochtones, comme si les Innus n'existaient pas justement sur le territoire.

Une citation de : René Simon, chef de Pessamit

Pas besoin de permis

Hydro-Québec n'a pas eu besoin d'une autorisation pour remplir le bassin.

Un décret émis par le gouvernement du Québec, il y a plus de 50 ans, lui permet de hausser le niveau du réservoir à 359,66 mètres au-dessus de la mer. Cette cible pourrait être atteinte à l’automne 2019.

Le niveau du réservoir de Manic-5 est présentement à 353 mètres au-dessus du niveau de la mer et devrait atteindre 355,5 mètres d’ici le mois de novembre, selon Hydro-Québec.

Hydro-Québec gère ses installations, son réservoir, de façon responsable en fonction et en respect des lois et des autorisations qui sont en vigueur présentement.

Une citation de : Cathy Hamel, conseillère relations avec le milieu, Hydro-Québec

Hydro-Québec entend se défendre et faire valoir ses droits devant les tribunaux.

En raison de cette demande d'injonction, les discussions sont rompues entre la société d'État et le Conseil des Innus.

Avec les informations de Marlène Joseph-Blais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !