•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le milieu scolaire au Cap-Breton ébranlé par un troisième suicide en six mois

Portrait de Madison Wilson

Madison Wilson avait une personnalité enjouée et elle s'intéressait à tout, affirment ses parents.

Photo : Gracieuseté d'AmyLynn Wilson

CBC
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des familles, des élèves et des membres du personnel scolaire au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, sont éprouvés par un troisième suicide en six mois.

Chris Royal et Amylynn Wilson sont en deuil de leur fille Madison, 13 ans, qui est morte en fin de semaine dernière.

Ils affirment que leur fille était enjouée, qu’elle s'intéressait à tout, qu'elle aimait particulièrement la musique et qu’elle utilisait toujours son téléphone. Ils précisent toutefois que cet appareil faisait aussi son malheur quand elle recevait les insultes et autres méchancetés d’autres élèves sur les réseaux sociaux.

Amylynn Wilson retient ses larmes en parlant de sa filleAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Amylynn Wilson affirme que sa fille, Madison, subissait de la cyberintimidation et les railleries d'autres élèves de son école à Syndey Mines.

Photo : CBC/Gary Mansfield

L’adolescente subissait aussi des railleries à l’école. Elle fréquentait l’école secondaire de Sydney Mines.

Darren Googoo, président de la Commission scolaire régionale de Cap-Breton-Victoria, affirme que les autorités scolaires mettent en action leur politique contre l’intimidation lorsqu’elles sont au courant de tels comportements.

M. Googoo ne croit pas que la Commission scolaire connaisse une crise en ce moment, mais il dit que des élèves sont en état de choc.

Ce troisième suicide en six mois, qui survient si près des vacances estivales, démontre le besoin d’une approche coordonnée. La Commission scolaire, explique M. Googoo, demande au gouvernement provincial de faire en sorte que les élèves reçoivent l’aide psychologique dont ils ont besoin à la suite de ces décès, même si les écoles sont fermées pour l’été.

Le ministère de l’Éducation affirme que des discussions sont en cours afin d’offrir des services additionnels aux élèves.

Avec les informations d’Yvonne LeBlanc-Smith et de Gary Mansfield, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !