•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prix du boeuf élevé : les éleveurs albertains se réjouissent

Un taureau charolais.

Un taureau charolais.

Photo : Radio-Canada / Catherine Bouchard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après avoir atteint des prix records en 2015, puis subi une baisse en 2016, le prix du boeuf est de nouveau à la hausse, cette année, au grand soulagement des éleveurs albertains.

Un texte de Catherine Bouchard

Le veau coûte près de 1,76 $ de plus le kilo par rapport à l'automne dernier. Le boeuf a pour sa part augmenté de 0,71 $ le kilo pour la même période.

Les éleveurs se réjouissent de cette hausse, après une période de près de dix ans de prix très bas.

« Quand ça augmente, ça fait du bien. On en profite. On se rattrape pour les dix ans de vache folle où l'on n'a pas fait d'argent », indique Philippe Lusson, éleveur de vaches et veaux charolais à Clyde en Alberta.

Un agriculteur dans un enclos avec des taureaux.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Philippe Lusson est éleveur de vaches et veaux charolais.

Photo : Radio-Canada / Catherine Bouchard

Son frère, aussi propriétaire d’une ferme, se réjouit également de l’augmentation des prix.

« J’ai vendu une vache qui avait six ans. [...] Je l’ai vendu ce matin 1,10 $ la livre. C’est plus de 50 % que ce que j’aurais eu durant la vache folle » raconte Jean-Marc Lusson.

Brian Perillat, analyste avec CANFAX, un organisme qui analyse les cours du boeuf canadien, croit que la diminution du cheptel canadien est derrière la hausse des prix.

Selon lui, les éleveurs qui ont survécu à la crise de la vache folle profitent maintenant de prix avantageux.

« Pour les personnes qui l'achètent, c’était des années plus difficiles. Les éleveurs ont pu profiter de certains profits », affirme M. Perillat.

Selon lui, les troupeaux canadiens et américains continueront d'augmenter ce qui pourrait diminuer les prix à moyen terme.

Près de 70 % du bétail canadien est situé en Alberta.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...