•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Winnipeg s'engage sur le chemin de la réconciliation avec les Autochtones

Des gens sont rassemblées autour d'un feu sacré au Cercle de célébration Oodena pour la signature de l'Entente relative aux Autochtones.

Plus de 80 groupes et personnes se sont rassemblés pour signer l'Entente relative aux Autochtones mise de l'avant par la Ville de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Camille Gris-Roy

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plus de 80 groupes, personnes, entreprises et organismes se sont joints à la Ville de Winnipeg mardi pour signer l'Entente relative aux Autochtones qui témoigne d'un engagement envers la réconciliation. Il s'agit d'une des 94 recommandations proposées par le rapport de la Commission de vérité et réconciliation publié en décembre 2015.

Lors de cette journée qualifiée d'historique par le maire de Winnipeg Brian Bowman, les participants se sont rassemblés au Cercle de célébration Oodena, un lieu autochtone sacré de La Fourche, pour participer à la cérémonie comprenant un feu sacré et du tabac cérémonial. Les partenaires ont par la suite signé le registre.

 

Cette entente a été approuvée par le conseil municipal le 22 mars dernier dans le but d'inscrire la Ville dans le processus de réconciliation. Elle a été développée par le Cercle de consultation autochtone du maire en collaboration avec des leaders communautaires et des organismes.

« Ce qu'on demande aux partenaires, c'est d'établir leurs propres buts et de faire état de leurs progrès chaque année. C'est donc à chaque signataire de définir jusqu'où il va aller en matière de réconciliation. »

— Une citation de  Brian Bowman, maire de Winnipeg

Le document est considéré comme évolutif par les partenaires qui s'engage à rapporter les efforts faits dans le but d'atteindre une véritable réconciliation. La Ville n'a toutefois pas déterminé de quelle manière elle allait mesurer l'évolution de son engagement envers les peuples autochtones. Elle veut par le fait même effacer le titre de ville la plus raciste au Canada dont l'avait affublée le magazine canadien Maclean's.

Refus de signer

Même si plusieurs groupes autochtones étaient présents, on remarquait un groupe en particulier. La Manitoba Metis Federation (MMF) a refusé de signer l'Entente relative aux Autochtones même si le document doit renforcer les relations avec les peuples inuits, métis et les Premières Nations.

Rejoint par Radio-Canada, la MMF a indiqué qu'elle considérait qu'il aurait été inapproprié pour elle de signer l'entente puisque l'expérience vécue par la Nation métisse était exclu du mandat de la Commission de vérité et réconciliation. Elle considère donc que la recommandation du rapport de la Commission ne concerne pas cette expérience.

La MMF a toutefois dit soutenir l'initiative de la Ville de Winnipeg en matière de réconciliation. Elle précise d'ailleurs qu'en tant que groupe représentant les Métis du Manitoba, elle s'efforce d'identifier les occasions de réelle réconciliation avec ceux qu'elle représente. Le maire Brian Bowman a indiqué que la MMF était invitée à signer le document et qu'elle serait accueillie à bras ouverts si elle décidait de le faire.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !