•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Train de passagers : Trois-Rivières et Drummondville unissent leur voix

Train

Archives

Photo : Marie Maude Pontbriand

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Trois-Rivières et Drummondville ont décidé d'unir leur voix dans le dossier des trains de passagers. Les maires des deux villes, Yves Lévesque et Alexandre Cusson, demandent à Québec et à Ottawa d'appuyer financièrement le projet de train à grande fréquence (TGF) qui passerait par la rive nord du Saint-Laurent.

Les deux maires ont tenu un point de presse commun à l'hôtel de ville de Trois-Rivières lundi.

Comme Via Rail propose également de bonifier son service de transport interurbain déjà existant sur la rive sud, le maire de Drummondville croit qu'il est important d'appuyer les deux projets.

En plus de demander aux gouvernements de faire de ce projet une priorité, ils souhaitent que le train à grande fréquence soit arrimé au Réseau électrique de Montréal (REM), afin d'obtenir un lien direct avec le centre-ville de la métropole.

Un tracé passant par la rive sud du Saint-Laurent a déjà été évoqué, mais le maire de Drummondville assure que la question n'a jamais été source de discorde entre les deux Villes.

« La volonté de la rive sud a toujours été de conserver son service. Jamais on ne va s'opposer à ce que le service se développe sur la rive nord », a-t-il déclaré.

Les deux maires s'entendent sur les demandes pour le service ferroviaire sur la rive sud et la rive nord.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les maires de Trois-Rivières et de Drummondville en point de presse à l'hôtel de ville de Trois-Rivières le 19 juin 2016 : Yves Lévesques (à gauche) et Alexandre Cusson (à droite)

Photo : Radio-Canada

Projet sur la rive sud

Via Rail propose de bonifier son service de transport interurbain qui passe actuellement sur la rive sud du Saint-Laurent. Il est donc question d'augmenter le nombre de passages, de prolonger les heures de services et d'ajouter des villes au trajet proposé. Drummondville deviendrait ainsi une sorte de plaque tournante régionale en matière de transport de passagers par train.

Selon le maire Cusson, renouveler la flotte de Via Rail sur la rive sud coûterait 1 milliard de dollars. Une facture considérable, ajoutée aux 5 milliards de dollars liés au projet du train à grande fréquence.

Le maire de Trois-Rivières croit fermement que les deux projets sont viables.

« C'est prouvé que si on a un train à grande fréquence qui fait Trois-Rivières-Montréal en 50 minutes, bien c'est sûr qu'on va enlever plusieurs véhicules sur la route. C'est le but de ça. Le but, ce n'est pas de regarder un, puis de ne pas regarder l'autre. C'est de regarder quel système de transport va être le meilleur pour diminuer l'impact au niveau de la circulation, diminuer l'impact au niveau des gaz à effet de serre », explique Yves Lévesque.

Des résolutions d'appuis au projet de TGF passant par la Mauricie ont été présentées lundi soir lors des séances des conseils municipaux de Drummondville et de Trois-Rivières.

Les deux maires tenteront aussi de convaincre leurs homologues d'autres municipalités d'emboîter le pas.

« Je pense que comme société, avec les objectifs ambitieux qu'on se donne au niveau environnemental, on est rendu là », affirme le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, au sujet du développement du service ferroviaire.

D'après les informations de Jérôme Roy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !