•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Collectionner pour ne pas oublier l'effort de guerre de Windsor

Un homme pose devant des véhicules militaires
Pour Geoff Bottoms, Windsor a une incroyable histoire militaire. Photo: Radio-Canada / Nicolas Pham
Radio-Canada

Un collectionneur veut faire connaître l'importance de Windsor et de l'Ontario dans l'effort de guerre canadien pendant la Seconde Guerre mondiale et les autres guerres auxquelles le pays a participé.

Un texte de Nicolas Pham et Marine Lefèvre

Passionné d’histoire, Geoff Bottoms a fondé la Southern Ontario Military Muster il y a huit ans.

Cette vaste collection renferme des milliers d’objets, principalement des véhicules et de l’armement militaire, qui ont tous en commun d’avoir été fabriqués à Windsor et dans la région.

« Windsor a une incroyable histoire militaire. Beaucoup d’usines ont disparu et les gens ne sont pas conscients de la quantité de choses qui étaient produites ici pendant la guerre  », souligne M. Bottoms.

Selon lui, c’est dans la ville du sud-ouest ontarien qu’a été produit le plus de matériel militaire pendant la Seconde Guerre mondiale au Canada.

« Nous avons produits des obus, des uniformes, des parachutes, des pièces d’avion, de tanks et de camions, des moteurs... », raconte-t-il.

Le destin de nombreux résidents de la région est aussi intimement lié à cette période.

« Vous devez comprendre qu'au cours de la Seconde Guerre mondiale, il y a eu une quantité incroyable de personnes de cette région qui sont allées combattre. Ils n'étaient pas supposés, mais ils l'ont fait parce que c'était la chose patriotique à faire. Et beaucoup de gens ne sont pas revenus après Dieppe. Tout le monde dans cette région a été touché par ce débarquement », précise-t-il.

Pour M. Bottoms, conserver ces objets, c'est avant tout préserver l’histoire locale et rendre hommage à ceux qui ont perdu leur vie dans ces conflits.

L’histoire est importante pour savoir d’où l’on vient. C’est aussi une question de respect, d’honneur et d’éducation pour les autres générations.

Geoff Bottoms, fondateur de la Southern Ontario Military Muster
Photo d'archives qui montrent les ouvrier au travailDes travailleurs montent un camion militaire dans une usine de la compagnie Ford à Windsor en novembre 1940. Photo : Office national du film/Musée canadien de la guerre

Contribuer à l’effort de guerre canadien

« Nous avions l'infrastructure pour produire ce matériel et toutes les installations ont été converties pour fabriquer du matériel pour la guerre », rappelle M. Bottoms.

L'effort de guerre canadien a été extrêmement important, confirme Caroline D’Amours, chercheure postdoctorale à la International History Institute de la Boston University, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale.

Pourtant avec ses 11 millions d'habitants, le pays est à l'époque bien petit par rapport aux États-Unis notamment. « On réussit à faire un effort de guerre vraiment important où les deux-tiers de ce que l’on produit va à nos alliés pour une valeur globale de 9,5 milliards de dollars », explique-t-elle.

Le Canada investit notamment massivement dans l'industrie afin de mettre à jour les outils de production alors trop petits et trop lents et répondre aux besoins.

Nombre de véhicules produits dans les usines canadiennes :

  • Environ 800 000 véhicules motorisés
  • 50 000 véhicules blindés (chars d’assaut, canons automoteurs, porteurs universels)

Selon les données de Jeff Noakes, historien au Musée canadien de la guerre

Les usines destinées à l'effort de guerre sont choisies en fonction de leurs capacités. Le gouvernement favorise les grosses usines qui ont plus d’expériences avec la production de masse. C'est pourquoi ce sont surtout des entreprises du Québec et de l'Ontario qui sont entièrement dédiées à cet effort de guerre.

« De gros contrats industriels sont obtenus dans les régions où il y a des travailleurs qualifiés et les ressources pour mettre en place ces productions-là », souligne Mme D'Amours.

Ce gigantesque mouvement va permettre l'émergence d'une industrie florissante non seulement au cours de cette période, mais aussi après la guerre.

L'effort de guerre a permis de transformer en profondeur le secteur automobile grâce à l'agrandissement des usines ou la formation notamment, indique pour sa part Jeff Noakes, historien au Musée canadien de la guerre.

En outre, les nouveaux moyens de production de l'industrie vont permettre de répondre à une forte demande pour l'automobile dans l'après-guerre, ce qui va stimuler et transformer l'économie canadienne de cette époque.

Des camions militairesLa Southern Ontario Military Muster regroupe des dizaines de véhicules militaires produits à Windsor Photo : Radio-Canada / Nicolas Pham

Un devoir de mémoire difficile à entretenir

M. Bottoms regrette toutefois que ses efforts et celles de son association pour préserver ce patrimoine ne soient pas suffisamment salués et reconnus par les autorités.

Il donne l'exemple de la Coupe Memorial au cours de laquelle des véhicules ont été exposés : « On nous a demandé de participer. Nous avons eu tous nos véhicules exposés pendant dix jours. Ils ont essayé, mais ils auraient pu en faire plus en faisant plus de publicité par exemple », indique-t-il tout en rappelant que la Coupe Memorial est une affaire militaire avant d'être un tournoi de hockey.

Il n'en demeure pas moins convaincu par son oeuvre et continue de glaner des objets de l'époque qu'il remet en état que ce soit chez les particuliers ou sur les sites de revente de matériels usagers.

Windsor

Histoire