•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'adaptation aux changements climatiques

Les tempêtes se font de plus en plus agressives en raison des changements climatiques.
Les tempêtes se font de plus en plus agressives en raison des changements climatiques. Photo: Radio-Canada / William Bastille Denis
Radio-Canada

Des scientifiques, professeurs et chercheurs de différents pays et différentes disciplines sont réunis à Moncton, Cocagne et Grande-Digue, cette semaine, dans le cadre de l'initiative ARTisticc (Adaptation Research, a Trans-disciplinary transnational community and policy centred approach).

Une initiative qui a pour but de trouver des pistes de solutions afin que les communautés côtières puissent s'adapter aux changements climatiques et environnementaux au moyen des sciences naturelles, des sciences sociales et de l’histoire environnementale.

Sept pays participent à ces rencontres, soit l'Inde, la Russie, le Sénégal, le Canada, les États-Unis (Alaska), la France et le Danemark (Groenland).

Jean-Paul Vanderlinden, professeur de sciences économiques à l'Université de Versailles Saint-Quentin, en FranceJean-Paul Vanderlinden, professeur de sciences économiques à l'Université de Versailles Saint-Quentin, en France Photo : Radio-Canada / Catherine Dumas

« On est à la recherche de régularité, donc des choses qui se reproduisent, mais dans des contextes différents. Donc, trouver des régularités et trouver des choses qui peuvent s'appliquer à plusieurs endroits », dit Jean-Paul Vanderlinden, professeur de sciences économiques à l'Université de Versailles Saint-Quentin, en France.

Peu importe les régions du monde, les problématiques se ressemblent, et ce, malgré des contextes politiques, économiques ou sociaux différents.

Diatou Thiaw, enseignante et chercheur à l'Université Cheikh Anta Diop de DakarDiatou Thiaw Photo : Radio-Canada / Catherine Dumas

« L'érosion côtière, les inondations qui se déroulent au Sénégal, mais nous focalisons aussi sur deux secteurs clés qui sont la pêche et l'agriculture, donc on a l'opportunité de voir les différentes stratégies qui se font ailleurs », affirme Diatou Thiaw, professeure au Département de géographie et chercheuse à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Il s'agit des dernières rencontres cette semaine au Nouveau-Brunswick. Le groupe aura ensuite jusqu'en février pour présenter des politiques publiques découlant des résultats de leurs recherches.

Omer Chouinard, professeur à la maîtrise en études de l'environnement à l'Université de Moncton, précise : « On va peaufiner, on veut offrir [des solutions simples] pour que les communautés puissent les utiliser et que ça leur serve lors de leurs négociations avec les élus. »

« La question des changements climatiques ne peut pas être monodisciplinaire; sur le plan de la réalité, des concepts, des solutions, ça touche plusieurs domaines », explique Diatou Thiaw, qui a bon espoir quant aux résultats de cette initiative qui a débuté en 2014.

Les participants espèrent que les pistes de solutions pourront être appliquées tant à l'échelle locale qu'à l'ensemble des pays.

Nouveau-Brunswick

Environnement