•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean-François Roy coupable de meurtre au premier degré d'un chauffeur de taxi

Jean-Francois Roy lors d'une comparution en novembre 2014

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le jury déclare Jean-François Roy coupable du meurtre au premier degré de Hygin Veilleux, ce chauffeur de taxi de 73 ans qui avait été retrouvé sans vie dans son véhicule en Beauce, en 2014.

Le jury de huit hommes et quatre femmes a prononcé le verdict ce matin. L'accusé se voit infliger automatiquement une peine de prison à vie sans possibilité de libération avant 25 ans.

Durant le procès, la défense plaidait que l'accusé âgé de 33 ans était dans un état de psychose lorsqu'il a agressé à coups de couteau la victime, dans un stationnement de Beauceville.

La Couronne a pour sa part fait valoir qu'il s'agissait plutôt d'un meurtre prémédité. Selon la Couronne, la pensée de Jean-François Roy et son récit des évènements étaient cohérents, lors de l'interrogatoire après son arrestation,

Soulagement des proches

Accompagné de sa conjointe, le fils de la victime, Serge Veilleux, a assisté au dévoilement du verdict, qui l’a « extrêmement soulagé ». « On va pouvoir retourner la page et lui, aura eu sa justice », a-t-il déclaré aux journalistes à la sortie de la salle de cour.

M. Veilleux se dit toujours inquiet de l’impact qu’aura cette tragédie sur ses deux enfants de 9 et 15 ans. « Nos enfants se font dire beaucoup de choses à l’école. On aimerait l’expliquer nous-même. Entre enfants, c’est plus cru. […] On leur explique du mieux qu’on peut avec les ressources qu’il y a », a-t-il déclaré, en faisant entre autres référence aux employés du Centre d'aide aux victimes d'actes criminels.

Serge Veilleux honore aujourd’hui la mémoire de son paternel en conduisant « la voiture numéro 27 » qui était autrefois la propriété de son père.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Québec

Justice et faits divers