•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retards et modifications à prévoir pour la nouvelle école secondaire francophone au Yukon

discussion devant les dessins du concept de l'école

Le ministre de Voirie et Travaux publics, Richard Mostyn (gauche), discute avec des membres du conseil d'administration de la Commission scolaire francophone du Yukon et un parent.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Radio-Canada

Les parents francophones et les membres de la communauté ont appris mercredi soir que la nouvelle école secondaire francophone du Yukon, à Whitehorse, ne sera pas ouverte, au plus tôt, avant l'automne 2019, et qu'une salle de spectacle ne pourrait pas être annexée au projet, faute de financement.

La rencontre publique visait à présenter le design conceptuel de l'école qualifiée d'école du 21e siècle, préparé par la firme d'architecte Kobayashi-Zedda.

Plutôt que des salles de classe reliées par un couloir, le concept propose des aires de travail plus ou moins isolées les unes des autres, en fonction du silence, requis ou non. Le concept est en accord avec le nouveau programme scolaire à venir au Yukon dans lequel les apprentissages expérientiels ou par projets sont mis de l'avant.

dessin nouvelle écoleAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La nouvelle école pourrait accueillir 200 élèves.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Le concept d'origine élaboré à partir des consultations publiques prévoyait un centre scolaire communautaire auquel serait rattachée une salle de spectacle d'environ 200 places, financée par Patrimoine canadien. Ottawa n'a toujours pas annoncé sa participation financière, mais le directeur général de la Commission scolaire francophone du Yukon (CSFY), Marc Champagne, a affirmé que le montant attendu n'est pas suffisant pour construire une salle de spectacle.

« Ce n'est qu'un concept »

Les deux ministres responsables du projet étaient sur place pour la rencontre, soit Richard Mostyn, ministre de Voirie et Travaux publics, et Tracy-Anne McPhee, ministre de l'Éducation, ainsi que leurs sous-ministres respectifs.

C'est une présentation très très impressionnante ce soir, mais ce n'est qu'un concept, un concept qui a été développé sans connaître le budget. Nous connaissons maintenant ce budget et nous devrons intégrer toutes ces bonnes idées dans un édifice pratique qui correspond au budget.

Richard Mostyn. ministre de Voirie et Travaux publics

Le ministre a par ailleurs indiqué que le début des travaux est encore loin, puisque la saison de construction est déjà remplie. Les travaux pourraient être entrepris au plus tôt au printemps 2018 avec un « échéancier de construction très serré », a affirmé Richard Mostyn.

dessins des plansAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le concept architectural prévoit de nombreuses aires d'apprentissage plutôt que des classes conventionnelles.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Le gouvernement du Yukon a accordé 20 millions de dollars au projet pour les deux prochaines années. Les responsables de la Commission affirment que Patrimoine canadien est sur le point d'annoncer son engagement pour la portion communautaire du centre scolaire, mais le montant n'est pas encore connu publiquement.

Un espace à partager?

L'école sera construite dans la réserve éducative de Riverdale, entre les écoles FH Collins et Selkirk. La ministre de l'Éducation, Tracy-Anne McPhee, a affirmé que l'emplacement avait été choisi stratégiquement pour favoriser la proximité avec les autres élèves.

Comme l'école sera construite pour accueillir 200 élèves, et qu'il n'y a actuellement qu'une centaine d'inscrits au secondaire, l'espace vacant, selon la ministre, pourrait être utilisé par d'autres.

Comme ce sera près d'autres écoles [...] ça donne la possibilité de partager une portion de cet espace, mais ultimement, nous savons que les inscriptions sont à la hausse dans la communauté francophone [...] Il serait insensé de ne construire un édifice que pour les nombres actuels. Il est important que cet édifice puisse servir à l'avenir.

Tracy-Anne McPhee, ministre de l'Éducation

Le directeur général de la Commission scolaire francophone du Yukon, Marc Champagne, affirme de son côté que des partenariats seraient possibles avec les écoles voisines, pour des activités parascolaires, par exemple.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Francophonie