•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres artéfacts de près 9000 ans découverts à Percé

Pièce archéologique dans une main

Cet artéfact date de 8000 à 9000 ans.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Radio-Canada

La découverte de nouveaux artéfacts met en évidence la présence d'un site archéologique datant de près de 9000 ans à Percé. Toutefois, il est encore trop tôt pour dire si des fouilles archéologiques plus approfondies sont justifiées.

La pointe d'un projectile découverte la semaine dernière avait révélé la présence des Paléoindiens venus en Gaspésie après l'ère glaciaire.

Cette semaine, les archéologues ont mis la main sur un autre fragment d'outil et des éclats de pierre qui viennent prouver la présence d'une occupation en sol gaspésien des Paléoindiens, les ancêtres des Amérindiens après l'ère glaciaire.

Malgré ces trouvailles, l'archéologue de la firme Ethnoscop Roland Tremblay ne peut pas dire si des fouilles archéologiques plus importantes sont nécessaires. « Ça aurait pu se faire rapidement si les sondages n’étaient pas si profonds. Étant donné que c’est profond, les sols sont très compacts, caillouteux. »

On est en train d’évaluer le site afin de prendre une décision à savoir si ça vaut la peine d’en faire une fouille ou non, parce qu’on a quand même une grande étendue à couvrir.

Roland Tremblay, archéologue de la firme Ethnoscop
Homme qui regarde dans une boîte.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'équipe d'archéologues poursuit son travail jusqu'à samedi.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Cette incertitude empêche la responsable de l'urbanisme à la Ville de Percé, Lisa-Marie Gagnon, de décider si le site archéologique mérite d’être mis en valeur ou non. « Comme on ne connaît pas encore exactement l’ampleur ou l’intérêt de ce site-là, c’est difficile de savoir si on le mettra en valeur physiquement sur le terrain ou si les archéologues vont simplement ramasser ce qu'il y a à ramasser. »

 

Cette décision aura certainement un impact sur le projet de stationnement de la SEPAQ, qui doit avoir lieu exactement à cet endroit. Comme la Ville de Percé est désignée site patrimonial, les travaux d'archéologie sont obligatoires avant de faire des travaux.

Un rapport sera déposé à la fois à la municipalité et au ministère de la Culture, qui prendront une décision sur l'avenir de ce site.

Archéologie

Science