•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Grande Traversée : une cinquième année couronnée de succès

La coordonnatrice de La Grande Traversée, Émilie Bureau, émue par son arrivée devant la mer en Atlantique, se fait consoler par Geneviève Poitras, une des jeunes de son équipe
La coordonnatrice de La Grande Traversée, Émilie Bureau, émue par son arrivée devant la mer en Atlantique, se fait consoler par Geneviève Poitras, une des jeunes de son équipe Photo: Radio-Canada / Julie Landry

Pour la première fois La Grande Traversée, le relais cycliste pancanadien d'élèves d'écoles francophones, a franchi les provinces de l'Atlantique et les organisateurs sont ravis. L'arrivée au bord de la mer, à la baie des Chaleurs, a été vécue avec joie et émotion.

Un texte de Julie Landry

« Ça fait longtemps qu'on veut venir avec La Grande Traversée (LGT) jusqu'à l'océan Atlantique », a expliqué, avec émotion la coordonnatrice, Émilie Bureau.

Finalement, on a réussi! On a travaillé fort pour le faire et on est contents.

Émilie Bureau, coordonnatrice de LGT
Le fondateur de La Grande Traversée, Laurent Brisebois, tient la bouteille d'eau tirée de l'océan Pacifique, au départ du relais à Victoria, le 8 mai.Le fondateur de La Grande Traversée, Laurent Brisebois, tient la bouteille d'eau tirée de l'océan Pacifique, au départ du relais à Victoria, le 8 mai. Photo : Radio-Canada / Julie Landry

L'arrivée aura été marquée par la chaleur des Acadiens au Nouveau-Brunswick qui a touché les organisateurs et les jeunes cyclistes. « C'était tellement génial, tout le monde qui nous a accueillis, c'était tellement sympa », s'est exclamée Émilie Wilkinson, de l'École Jules-Verne de Vancouver, à l'arrivée.

Sur les 250 jeunes cyclistes, environ 70 provenaient de la Colombie-Britannique. « Tous les jeunes, de la 8e à la 12e année, ont bien fait. Ils représentent très bien la Colombie-Britannique dans les autres provinces », a dit Émilie Bureau avec fierté.

« C'est vraiment le fun de voir que tout l'entraînement [ait] bien fonctionné. Je suis fier de moi-même », a affirmé Carl Cenerelli, de l'École André-Piolat de Vancouver.

Les jeunes cyclistes, sur le point d'entamer la dernière journée du relais pancanadien.Les jeunes cyclistes, sur le point d'entamer la dernière journée du relais pancanadien. Photo : Radio-Canada / Julie Landry

Une traversée sans pépin grave

À part quelques pépins mécaniques des voitures, et quelques petites chutes, La Grande Traversée de cette année s'est déroulée comme sur des roulettes. « Chaque année, ça s'améliore. Les gens savent ce qu'ils font, on a des rôles bien définis, ça roule », explique Émilie Bureau.

L'encadreur en chef et responsable du plan d'entraînement, Sébastien Théberge, a félicité les jeunes pour leurs efforts. À son avis, les cyclistes étaient plus prêts que jamais, et c'est en partie grâce au travail des chefs d'équipe dans les écoles.

L'encadreur en chef, Sébastien Théberge, devant la baie des ChaleursL'encadreur en chef, Sébastien Théberge, devant la baie des Chaleurs Photo : Radio-Canada / Julie Landry

Les organisateurs de La Grande Traversée vont prendre quelques semaines de repos avant de commencer à organiser le relais de 2018, LGT6, qui passera encore une fois au Nouveau-Brunswick.

 

Colombie-Britannique et Yukon

Cyclisme