•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De jeunes lesbiennes souhaitent des modèles

De jeunes femmes lesbiennes de la région de Moncton témoignent du manque de modèles.

De jeunes femmes lesbiennes de la région de Moncton témoignent du manque de modèles.

Photo : Radio-Canada / a

Radio-Canada

Les lesbiennes sont à peu près absente du paysage selon la chercheuse Christelle Lebreton. Émilie Rousselle est en 11e année à l'école l'Odyssée de Moncton. Depuis la septième année, elle a compris que son attirance pour les femmes était bien réelle. La jeune femme a eu la chance d'être entourée de près puisque sa mère est également lesbienne.

Un texte d'Amélie Gosselin

Les jeunes lesbiennes ont de la difficulté à valider ce qu'elles ressentent, auprès de modèles.

La sociologue et auteure Christelle Lebreton vient de faire paraître Adolescences lesbiennes : De l'invisibilité à la reconnaissance aux éditions du remue-ménage. Le livre aborde l'absence de modèle chez les jeunes filles lesbiennes et les répercussions sur le cheminement de ces dernières.

D'emblée, elles se disent qu'elles ne sont pas normales c'est parce qu'elles n'ont pas de modèle de femmes lesbiennes donc pour elles ce qu'elles vivent n'est pas normal.

Christelle Lebreton, sociologue et chargée de cours à L'Université du Québec à Montréal
Josée Noël a 24 ans et elle enseigne dans le district scolaire francophone sud au 
N.-B.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Josée Noël a 24 ans et elle enseigne dans le district scolaire francophone sud au N.-B.

Photo : Radio-Canada / Amélie Gosselin

Selon ses recherches, les jeunes garçons qui découvrent leur homosexualité ont davantage de modèles dans la société, plusieurs personnalités publiques masculines affichent plus ouvertement leur orientation sexuelle. « Les jeunes femmes ne connaissent pas de femmes lesbiennes que ce soit des artistes, des politiciennes, elles ne sont pas visibles dans les livres d'histoires, en littérature donc pour des adolescentes le lesbianisme n'existe pas », affirme-t-elle.

Émilie Rousselle a 17 ans elle est une élève de l'école l'Odyssée de Moncton.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Émilie Rousselle a 17 ans elle est une élève de l'école l'Odyssée de Moncton.

Photo : Radio-Canada / a

Que peu de lesbiennes choisissent de s'afficher publiquement s'explique en partie par le sexisme selon Christelle Lebreton. Les femmes craignent d'être discriminées. « Déjà qu'il y a un certain sexisme envers les femmes, tous les secteurs où les gens qui travaillent auprès de populations vulnérables, notamment les enfants, là on a vraiment des craintes, on se cache, et c'est particulièrement vrai dans le milieu scolaire ».

France Breault est travailleuse sociale dans le district scolaire francophone sud au N.-B.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

France Breault est travailleuse sociale dans le district scolaire francophone sud au N.-B.

Photo : Radio-Canada / Amélie Gosselin

France Breault est travailleuse sociale dans le district scolaire francophone Sud au Nouveau-Brunswick. Elle croit que c'est au quotidien que ces jeunes filles doivent côtoyer d'autres lesbiennes et non seulement à la télévision ou sur le web. L'absence de modèle a des répercussions graves chez les jeunes filles, selon France Breault. L'insécurité et l'isolement s'installent rapidement.

Pascale-Joëlle Fortin a 23 ans et elle est étudiante à L'Université de Moncton.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pascale-Joëlle Fortin a 23 ans et elle est étudiante à L'Université de Moncton.

Photo : Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a adapté pour les écoles de la province un manuel basé sur le travail de l'organisme Égale Canada qui défend les droits de la communauté LGBTQ. Diversité sexuelle et de genre est une ressource pédagogique qui aide à créer des environnements plus sécuritaires et inclusifs à l'école et offre des ressources aux parents, directions d'écoles et regroupement LGBTQ.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Société