•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gordie Howe et Maurice Richard disparaissent de la coupe Stanley

Maurice Richard et Jean Béliveau posent avec la Coupe Stanley, après avoir battu les Bruins de Boston, le 20 avril 1958.

Maurice Richard et Jean Béliveau posent avec la Coupe Stanley, après avoir battu les Bruins de Boston, le 20 avril 1958.

Photo : PC/AP

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les noms de Gordie Howe et de Maurice Richard disparaissent de la surface de la coupe Stanley en 2017.

Le centenaire de la Ligue nationale de hockey (LNH) en 2017 marque l’échéance prévue pour ajouter un anneau vierge sur le célèbre trophée du hockey professionnel en Amérique du Nord.

« Au début des années 1990, on s’est demandé ce qu’on allait faire avec la coupe. Est-ce qu’on l’agrandit? Est-ce qu’on en fait une autre? », se souvient le vice-président et conservateur du Temple de la renommée du hockey à Toronto, Phil Pritchard.

Comme le trophée avait la taille idéale pour être soulevé à bout de bras, la décision a été prise de lui enlever un anneau tous les 13 ans, le temps de remplir un anneau au complet avec le nom de 13 nouvelles équipes championnes.

Le premier des 5 grands anneaux du trophée, sur lequel sont gravés les noms des champions de 1953-1954 à 1965-1966, sera donc retiré.

D'autres noms célèbres disparaîtront avec le retrait de cet anneau de la coupe, notamment Ted Lindsay, Jacques Plante, Doug Harvey, Bobby Hull et Stan Mikita.

Les anneaux retirés sont exposés dans une chambre forte du Temple de la renommée, à Toronto, avec la coupe initiale, offerte par Lord Stanley en 1893.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !