•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vérif : Montréal paie pour la formule E... mais pas Paris, Berlin et New York

Une formule E propulsée par l'électricité

Une formule E propulsée par l'électricité

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les villes de Berlin, Paris, New York, Monaco, Marrakech et Hong Kong affirment qu'elles n'ont rien payé pour la tenue de courses de formule E (électrique). Montréal, elle, déboursera au moins 24 millions, et la facture pourrait grimper.

Un texte de François Cormier et Nathalie Lemieux

En plus des 24 millions de dollars prévus pour différents travaux relatifs à la course, l'administration municipale a décidé de cautionner une marge de crédit de 10 millions de dollars pour l'organisme responsable de l'événement, Montréal, c'est électrique. Si les organisateurs ne sont pas en mesure de payer leur marge de crédit, c'est la Ville qui remboursera.

Radio-Canada a contacté toutes les villes hôtes d'une compétition de formule E en 2016-2017. Parmi celles qui nous ont répondu, aucune n'indique avoir investi de fonds publics dans l'aventure de cette course d'automobiles fonctionnant à l'électricité.

Chaque ville a un modèle d'affaires différent. Celui choisi par Montréal permettait de maximiser le succès de l'organisation de cet événement d'envergure. Il démontre que Montréal est une grande métropole de courses automobiles. C'est une entente à long terme.

Marc-André Gosselin, attaché de presse de Denis Coderre, maire de Montréal
 

La question n'est pas de savoir si c'est une bonne ou une mauvaise idée, c'est d'essayer de comprendre pourquoi Denis Coderre n'a pas réussi à aller chercher cet événement-là sans impliquer l'argent des Montréalais.

Valérie Plante, chef de Projet Montréal
 

Ailleurs dans le monde

À Paris, le cabinet de la mairesse, Anne Hidalgo, assure que l'argent public n'a pas servi à cette course. « Le Paris ePrix est un événement intégralement pris en charge par ses organisateurs et par le sponsoring, y compris en ce qui concerne la rénovation de la chaussée », indique le conseiller de presse Matthieu Lamarre.

Même son de cloche du côté de New York. « La Ville ne donne aucune subvention à la formule E, mais nous sommes très heureux d'en être le partenaire. Il s'agit d'un événement excitant », répond Anthony Hogrebe, vice-président aux communications à la Corporation de développement économique de New York.

En Belgique, le e-Prix de Bruxelles a dû être annulé parce qu'il coïncidait avec un festival et avec le départ en vacances de nombreux résidents de la capitale. Bloquer des rues de Bruxelles pendant cette période n'enchantait guère les autorités.

Les organisateurs belges n'ont jamais été capables de trouver un commanditaire principal pour l'événement. Ils se sont alors tournés vers la Ville et la région bruxelloises dont les dirigeants n'avaient pas envie de débourser pour une course de voitures électriques. L'organisateur du e-Prix de Belgique croit que Montréal a pris la bonne décision.

Je salue la décision [de Montréal] d’organiser un tel événement. À Bruxelles, on aurait vraiment voulu y arriver, mais ça n’a pas abouti. On ne désespère pas pour le futur. Pour l’instant, nous n'y sommes pas arrivés.

Stéphan Uhoda, président de Cecoforma

En avril, le maire de Montréal avait déclaré qu'il ne s'agissait pas « d'une course pour une course ». Il avait alors évoqué la venue des propriétaires des écuries et les possibles liens qu'ils pourront créer avec des entreprises québécoises. Montréal accueillera les deux dernières courses du championnat. C'est donc à ce moment que sera connu le classement final de la saison de formule E.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !