•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade de La Loche : la juge veut étudier les circonstances de vie du tireur

Palais de justice de Meadow Lake

Palais de justice de Meadow Lake

Photo : Radio-Canada / Albert Couillard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La juge Janet McIvor a réclamé la production d'un rapport Gladue dans le cadre des audiences sur la détermination de la peine de l'auteur de la fusillade qui a fait quatre morts et sept blessés le 22 janvier 2016 à La Loche, en Saskatchewan.

L'avocat de la défense en a fait la demande alléguant que ce document fournira davantage d'information sur le contexte socio-économique dans lequel a grandi le tireur.

La Couronne a pour sa part exprimé des inquiétudes quant aux délais que cette demande pourrait occasionner sur les procédures.

Le rapport Gladue, reconnu par le système de justice canadien, met en lumière les facteurs systémiques susceptibles d’avoir conduit un Autochtone devant les tribunaux.

Le tireur glorifiait la violence

Mercredi matin, un travailleur social qui a rencontré le tireur a affirmé que ce dernier a eu une importante poussée d'adrénaline lorsqu’il a appuyé sur la gâchette.

Chris Hales a souligné que l’assaillant était « obsédé » et dans « tous ses états » lorsqu'il regardait des vidéos de fusillade. Il aurait également demandé des journaux pour voir si la séquence des événements avait été décrite correctement.

Selon lui, le jeune homme de 19 ans avait tendance à glorifier la violence à la télévision. Il s’est aussi décrit comme étant quelqu'un de célèbre, révèle-t-il.

Dans un rapport, le travailleur social ajoute que l’accusé a perdu certains de ses privilèges au centre jeunesse où il est détenu après avoir dit que la prison était amusante.

Le tireur lui aurait demandé en blague s'il recevrait un cadeau lors du premier anniversaire du drame, note M. Hales.

Les audiences sur la détermination de la peine ont débuté à la fin du mois de mai. Elles se poursuivent toute la semaine à la cour de Meadow Lake dans le but de déterminer si l’auteur de la fusillade doit être jugé comme un adolescent ou un adulte.

Suivez Anouk Lebel sur le terrain (Nouvelle fenêtre)

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !