•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de soins en santé pour les femmes réclamés par des groupes communautaires de l'Estrie

Le regroupement ConcertAction Femmes Estrie

Le regroupement ConcertAction Femmes Estrie

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des groupes communautaires de l'Estrie, réunis au sein du comité VIGIE-Estrie, profitent de la consultation du ministre de la Santé du Québec pour l'élaboration de son prochain plan en santé et bien-être des femmes pour réclamer des mesures propres à la région.

Au total, l'avis de VIGIE-Estrie compte 75 recommandations pour l'amélioration de la qualité de vie des femmes. « Ça va de l'accès des femmes handicapées, aux sages-femmes, à l'adaptation des instruments pour effectuer des examens comme les mammographies. Nous demandons aussi le retour des cours d'éducation à la sexualité. On parle d'un plan santé et bien-être. Les femmes subissent encore de la violence malheureusement. Nous ne sommes pas à l'égalité », rappelle la directrice de ConcertAction femmes Estrie, Viviane Doré-Nadeau.

Le groupe réclame également un revenu social universel garanti, l'adaptation des formulaires dans l'inscription du lien de parenté (inscrire parent 1 et parent 2 plutôt que père et mère) et l'accès à un médecin de famille partout sur le territoire, entre autres.

« Les femmes sont plus touchées au niveau de la santé de par leur fonction reproductive et parce qu'il y a encore beaucoup de discrimination dans notre société. Ce sont les femmes aussi qui deviennent plus souvent proches aidantes. Elles se retrouvent aussi plus souvent dans des situations de pauvreté. »

— Une citation de  Vivane Doré-Nadeau, ConcertAction Femmes Estrie

Un centre de jour pour femmes est aussi demandé par le comité. « On sait qu'il y a des femmes itinérantes à Sherbrooke. Elles n'ont nulle part où aller le jour. Elles ont besoin d'un lieu sécuritaire pour pouvoir récupérer et trouver des solutions à ce qu'elles vivent », ajoute Mme Doré-Nadeau.

VIGIE-Estrie est un observatoire mis sur pied en 2004 par l'organisme PÉPINES.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !