•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tireur de La Loche montre peu de signes d’empathie, selon une psychologue

Une photo des victimes de la tuerie survenue à La Loche, en 2016.

Les victimes de la tuerie survenue à La Loche, en 2016.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'auteur de la fusillade qui a fait quatre morts et sept blessés à La Loche, en Saskatchewan, en janvier 2016, exprime peu de remords, d'empathie et de volonté de changer, selon une psychologue appelée à la barre des témoins.

Katelyn Harker affirme avoir relevé des commentaires du personnel du centre jeunesse Kilburn Hall, où l’homme de 19 ans est détenu.

Dans un rapport, elle soutient que ce dernier a été vu en train de rire pendant qu’il était question de fusillades à la télévision. Il a aussi évoqué l’idée de se joindre au groupe armé État islamique, toujours selon elle. Le tireur a toutefois nié ces affirmations.

Mme Harker a aussi suivi celui qui a plaidé coupable durant plusieurs semaines. Il lui aurait dit qu'il avait commencé à planifier cette fusillade au moins six mois avant le drame.

Elle s'est aussi dite surprise qu'il continue de s’intéresser aux armes à feu, malgré le mal qu'il a fait.

Pas de problème de santé mentale, selon un témoin

Un expert en psychiatrie a pour sa part souligné que le tireur ne souffrait d'aucun trouble psychiatrique au moment de commettre son crime.

Declan Quinn affirme que l'homme se décrit comme étant plutôt malheureux, dépressif et anxieux, mais que ses capacités cognitives sont normales pour son âge.

M. Quinn a aussi cherché à savoir pourquoi il s'intéressait tant aux armes à feu, mais, selon lui, le tireur était peu enclin à en parler.

Les audiences de détermination de la peine se poursuivent mercredi à la cour de Meadow Lake.

Le tireur a déjà plaidé coupable à toutes les accusations qui pesaient contre lui. L'objectif est maintenant de déterminer si l'homme, qui n'avait pas tout à fait 18 ans au moment des faits, devra purger une peine pour mineurs ou pour adultes.

Suivez Anouk Lebel sur le terrain (Nouvelle fenêtre)

 

Avec les informations d'Anouk Lebel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !