•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrêt des trains vers Churchill : des habitants craignent d'être isolés

Un groupe de personnes réunies dans une salle.

Environ 400 personnes étaient présentes à l’assemblée publique du 12 juin à Churchill, au Manitoba.

Photo : Soumise : Edina-lil Preteau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Environ 400 habitants de Churchill, au Manitoba, ont assité à une assemblée publique lundi soir pour discuter des problèmes causés par la fermeture de la seule voie terrestre vers leur communauté.

La seule façon de se rendre à Churchilll jusqu'à l'hiver sera l'avion. Les habitants de la communauté se sont rencontrés afin de discuter des prochaines étapes.

Selon Nikki Clace, une employée licenciée du Port de Churchill, le coût des aliments, la hausse des coûts d'expédition et le sentiment d'isolement sont parmi les nombreuses préoccupations des habitants.

« On pouvait ressentir la frustration et la colère. Il y avait beaucoup de confusion », dit Mme Clace.

Ashley Watts, une mère de trois enfants, dit que la rencontre avec le maire de Churchill, Mike Spence, l’a rassurée.

« C’était un peu inquiétant durant la fin de semaine, mais après cette rencontre avec le maire et le conseil municipal, on a répondu à beaucoup de mes questions, soutient Mme Watts. Ils nous ont donné des conseils afin que nous soyons tous proactifs dans cette situation. »

Le maire a indiqué que sa priorité demeure la réouverture de la ligne de chemin de fer appartenant à la compagnie américaine OmniTrax.

« La tâche pour nous est de mettre la ligne ferroviaire en service afin que nous puissions retrouver une vie normale. »

La province du Manitoba a déclaré lundi qu'elle n'était pas prête à envoyer de l'aide à Churchill pour restaurer la ligne ferroviaire.

Le visage de Nikki Clace.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nikki Clace, une résidente de Churchill, dit que le plus difficile est le sentiment d’isolement qu'elle ressent causée par la fermeture du seul chemin de fer vers sa communauté.

Photo : photo soumise / Nikki Clace

M. Spence demande aux gouvernements fédéral et provincial de créer une subvention pour le transport des aliments et des fournitures qui doit se faire par avion dans la communauté alors que la ligne ferroviaire est fermée.

Un sentiment d'isolement

Selon Nikki Clace, le sentiment d’isolement est ce qui est le plus difficile. Un voyage qu’elle avait prévu cet été pour rendre visite à sa famille n’aura pas lieu parce qu'elle ne peut pas se permettre d'acheter un billet d'avion.

« L'isolement est probablement le facteur le plus fort parce que, tout à coup, on se sent piégé, comme si on n’avait plus l’occasion de vraiment partir », explique Mme Clace.

La ville de 900 habitants est située à 1000 kilomètres au nord-est de Winnipeg.

Selon les informations recueillies par Austin Grabish, CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !