•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La construction du parc éolien Nicolas-Riou perturbée par la grève des ingénieurs

Travaux au chantier de construction du parc éolien Nicolas-Riou

Travaux au chantier de construction du parc éolien Nicolas-Riou

Photo : Radio-Canada / Ariane Perron Langlois

Radio-Canada

La grève des ingénieurs du gouvernement du Québec nuit aux travaux de construction du parc éolien Nicolas-Riou puisque certaines pièces ne peuvent pas être acheminées au chantier.

Un texte d’Ariane Perron-Langlois

Les ingénieurs responsables d'attribuer les permis nécessaires pour circuler avec des charges hors normes sont en grève, ce qui provoque des retards dans l'attribution de ces permis.

Par conséquent, certaines pièces d'éoliennes, dont des pales et des turbines, ne peuvent pas être transportées jusqu'au chantier par camion comme prévu. Ces morceaux sont donc bloqués à Matane ou au port de Cacouna.

Le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président du conseil d'administration du parc éolien, Michel Lagacé, précise toutefois que le chantier n'est pas paralysé puisque d'autres travaux sont en cours, comme l’enfouissement du réseau collecteur.

On monte des parties des tours d’éoliennes, mais bien entendu pas l’ensemble, parce qu’il nous manque des composantes.

Michel Lagacé, président du conseil d’administration du parc éolien

Le projet éolien Nicolas-Riou en chiffres :

  • 68 éoliennes de 3,3 MW (capacité totale de 224,4 MW);
  • Coûts estimés à 500 millions de dollars;
  • Les éoliennes seront installées dans les MRC des Basques et de Rimouski-Neigette.
Câbles utilisés dans la construction du parc éolien

Câbles utilisés dans la construction du parc éolien

Photo : Radio-Canada / Ariane Perron Langlois

Échéanciers respectés malgré la grève

Le président affirme qu'il a toujours bon espoir de pouvoir respecter les échéanciers. La mise en opération commerciale du parc éolien Nicolas-Riou est prévue pour le 1er décembre 2017.

« On n’est pas dans des échéanciers critiques », soutient M. Lagacé. « On demeure dans le vert parce que l’an passé on avait pris un peu d’avance dans la construction des 65 bases d’éoliennes. Mais il ne faudrait pas que la grève prenne place plus amplement encore, parce que ça pourrait mettre à mal les échéanciers », explique-t-il.

M. Lagacé ne croit pas que la grève entraînera des coûts supplémentaires pour l’instant. La construction du parc éolien avait aussi été freinée à la fin mai par la grève des travailleurs de la construction.

Bas-Saint-Laurent

Économie