•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médicament générique qui prévient la transmission du VIH bientôt disponible au Canada?

Une boîte de comprimés de Truvada

Une boîte de comprimés de Truvada

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Food & Drug Administration aux États-Unis vient d'approuver un médicament générique de prophylaxie pré-exposition (PrEP), qui prévient la transmission du VIH. Des intervenants du milieu s'attendent à ce que ces versions génériques soient aussi disponibles au Canada dès le mois prochain.

Un texte de Philippe de Montigny

Le Truvada, qu'on dit efficace à 99 % lorsqu’il est pris une fois par jour, coûte environ 1000 $ par mois. Au Canada, seul le régime d'assurance-maladie du Québec en couvre l'usage préventif.

« C’est très frustrant. Seul un petit pourcentage de la population y a accès : ceux qui ont de l’argent ou ceux qui ont de bonnes assurances. »

— Une citation de  Ryan Lisk, porte-parole, Comité SIDA de Toronto
Ryan Lisk, porte-parole, Comité SIDA de TorontoAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ryan Lisk, porte-parole, Comité SIDA de Toronto

Photo : Radio-Canada

Comme le brevet canadien que détient le géant pharmaceutique américain Gilead arrive à échéance le 25 juillet, des intervenants croient que l’accès à des versions génériques du médicament sera étendue.

La Food and Drug Administration des États-Unis a d’ailleurs approuvé vendredi une version générique de la PrEP, fabriquée par Teva.

Michael Fanous, un pharmacien de Toronto, indique avoir déjà entrepris des démarches pour l’obtenir.

« Un générique ne coûterait qu'une fraction du prix. Si tout va bien, nous nous attendons à ce qu’il soit disponible le mois prochain. »

— Une citation de  Michael Fanous, pharmacien de Toronto

M. Fanous, qui prend lui-même de la PrEP, dit que les utilisateurs du médicament qu'il voit dans sa pharmacie font surtout partie d'une population à plus haut risque d’infection au VIH, comme des homosexuels et des travailleurs du sexe.

Michael Fanous, pharmacien à TorontoAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Michael Fanous tente déjà d'obtenir le médicament générique

Photo : Radio-Canada

Entretemps, certaines provinces, dont l’Ontario, sont en pourparlers avec le fabricant du Truvada pour négocier un meilleur prix. Mais le processus n’est pas transparent, déplore M. Fanous.

« J’espère que l’arrivée d’un médicament générique poussera les élus à offrir enfin une couverture provinciale. Nous savons que le prix [de l’entreprise Gilead] est très élevé », affirme Ron Rosenes, un militant séropositif.

Un médicament générique devra d'abord être approuvé par Santé Canada, qui indique ne pas avoir reçu de demande pour l’instant.

Et même si le gouvernement fédéral donne son feu vert, un autre obstacle pourrait se présenter. Le fabricant du Truvada mène actuellement une bataille juridique pour tenter de renouveler son brevet jusqu'en 2024.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !