•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle gamme de fruits et légumes moches en épicerie

Un îlot de produits Hors-La-Loi dans une épicerie de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une nouvelle gamme de produits vient de faire son apparition dans les épiceries. Ils ne sont pas toujours beaux et ils sont loin d'être parfaits... Ce sont des fruits et légumes moches. Ils sont commercialisés sous la marque Rebels de Hors-La-Loi.

C’est à Pierreville, au Centre-du-Québec, que l'idée a germé. L’entreprise Distribution HLL voulait rendre accessible, à moindre coût, des aliments qui autrement auraient pris le chemin de la poubelle ou des banques alimentaires.

[L’élément] déclencheur a été beaucoup l'année dernière, le prix exorbitant des légumes en hiver, plus personne n'avait les moyens de manger des légumes.

Joël Lalancette, président de Distribution HLL

Aucun des sept produits Hors-La-Loi n'est cultivé ou même emballé sur place, mais c’est dans cette municipalité que toute la distribution s'organise. Le président précise qu'il tente de minimiser le transport au maximum.

On peut maintenant trouver les produits Hors-La-Loi chez Provigo, Maxi, IGA et, plus récemment, chez Métro.

« Ce sont des légumes qui sont trop gros, trop petits ou difformes, qui ne passaient pas dans les normes Canada numéro 1, mais qui ont exactement la même fraîcheur [que les légumes de catégorie 1] », précise le président de Distribution HLL.

L'intérêt pour les aliments moches est grandissant, notamment en Europe, mais il crée de l'inquiétude chez certains.

Inquiétude chez les producteurs

La multiplication de l'offre de fruits et légumes moches, dits de catégorie 2, inquiète l'Association des producteurs maraîchers du Québec.

Ces aliments ne représentent qu'environ 15 % de l'ensemble de la production et l’Association craint que l'intérêt grandissant pour ces produits ne fasse pression sur l'ensemble des prix.

« C'est certain qu'en diminuant les normes de spécification, on augmente l'offre et si on augmente l'offre, les prix pourraient diminuer », explique le professeur en distribution et politique agroalimentaire à l’Université Dalhousie, à Halifax, Sylvain Charlebois.

Le président de Distribution HLL croit que si les producteurs obtiennent un meilleur prix pour leurs légumes de catégorie 2, ils sauront s’ajuster à la nouvelle réalité.

Casquette avec le logo Hors-La-Loi, avec la journaliste et le président en arrière plan, le 9 juin 2017

La journaliste Amélie Desmarais en compagnie du président de Distribution HLL, Joël Lalancette, à Pierreville, au Centre-du-Québec.

Photo : Radio-Canada

D'après le reportage d'Amélie Desmarais

Mauricie et Centre du Québec

Alimentation