•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« On ne sait pas qui détient les terres agricoles au Manitoba »

Annette Desmarais, titulaire de la chaire de recherche du Canada sur les droits de la personne, la justice sociale et la souveraineté alimentaire à l'Université du Manitoba

Annette Desmarais, titulaire de la chaire de recherche du Canada sur les droits de la personne, la justice sociale et la souveraineté alimentaire à l'Université du Manitoba

Photo : Radio-Canada / Thibault Jourdan

Radio-Canada

Le contrôle des terres agricoles est un sujet qui revient fréquemment dans les nouvelles, parce que les Chinois sont souvent accusés de s'approprier des terres dans d'autres pays.
Au Manitoba, une étude sera prochainement menée par l'équipe d'Annette Desmarais, titulaire de la chaire de recherche du Canada sur les droits de la personne, la justice sociale et la souveraineté alimentaire à l'Université du Manitoba, afin de savoir à qui appartiennent les terres agricoles manitobaines.

Propos recueillis par Thibault Jourdan

Pourquoi est-ce qu’une telle recherche est sur le point d'être lancée au Manitoba?

Il y a, à l’heure actuelle, des changements en ce qui concerne ceux qui détiennent les terres agricoles dans la province. On voit de temps en temps des articles dans les nouvelles qui parlent de gens qui achètent de plus en plus de terrains, mais on n'a pas d'information sur la manière dont c’est en train de changer. On veut donc faire une recherche pour être en mesure de savoir qui est propriétaire des terres agricoles au Manitoba.

En quoi est-ce important de faire une telle recherche?

C’est important parce que la concentration de la terre, par exemple, pose des questions : les fermes deviennent de plus en plus grandes et on veut voir quels impacts cela a sur les communautés rurales, quelles possibilités ont les jeunes s'ils veulent s'impliquer dans l'agriculture et comment ils peuvent le faire s’ils n’ont pas accès à la terre.

Par ailleurs, si on considère que le modèle de production actuel est lié au changement climatique, cela veut dire qu'on devrait peut-être repenser ce modèle. Si les fermes deviennent de plus en plus grandes, c'est alors directement lié à un modèle de production qui cause beaucoup de dégâts à l'environnement. Or, l'agriculture est un secteur vraiment très important en ce qui concerne le changement climatique.

Il y a deux ans, vous aviez déjà travaillé sur une étude similaire en Saskatchewan. Qu’aviez-vous découvert?

À l’époque, on voulait faire une cartographie afin de voir qui achetait les terres agricoles en Saskatchewan. On savait qu'il y avait eu beaucoup de changements, mais on ne savait pas précisément lesquels. Le gouvernement provincial ne savait ainsi pas combien de personnes, hors de la province, achetaient des terres, ni si c'étaient des investisseurs ou des personnes qui voulaient déménager en Saskatchewan, par exemple.

On a constaté qu’il y avait eu des transformations assez importantes, mais pas partout : certaines municipalités ont eu beaucoup de changements, d'autres moins. Dans les municipalités où il y a eu de nombreuses modifications, on a vu que des investisseurs avaient acheté beaucoup de terres et qu'ils étaient en mesure de payer jusqu’à 72 % de plus que les autres, ce qui influence beaucoup les prix des terrains.

À terme, quel est le but de telles études?

L’objectif est de fournir des données qui permettront d’améliorer ou d’adapter les politiques publiques. La façon dont les gens ont accès à la terre est une question très importante. S'il y a beaucoup d'effets sociaux et environnementaux qui sont négatifs, alors on pourra répondre aux problèmes et changer les politiques publiques pour y répondre, si nécessaire.

Si vous souhaitez participer à l’étude, vous pouvez contacter l’équipe d’Annette Desmarais par courriel : annette.desmarais@umanitoba.ca

Manitoba

Société