•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un chef innu réclame des services de désintoxication au Labrador

Une femme et deux enfants marchent le long d'une route dans un village en hiver.

Cinquante-cinq jeunes du Labrador étaient dans des familles d'accueil dans la région de Roddickton et d'Englee, à Terre-Neuve, en décembre 2016.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le chef innu Simeon Tshakapesh milite pour que des services de désintoxication pour adolescents soient situés à proximité des communautés innues du Labrador. Il demande pour cela un meilleur financement des gouvernements.

Simeon Tshakapesh, grand chef adjoint de Natuashish, au Labrador, remet en question la pratique qui consiste à envoyer loin de leur communauté les jeunes Innus qui ont besoin d'être traités pour des problèmes de dépendance.

Son propre fils, Thunderheart Tshakapesh, s'est suicidé il y a deux semaines, à l'âge de 16 ans. L’adolescent avait suivi un traitement de désintoxication dans le centre de Terre-Neuve.

Selon Simeon Tshakapesh, les familles non autochtones qui accueillent de jeunes Innus le font pour gagner de l’argent. « Nos jeunes ont été qualifiés de paiements hypothécaires, et cela doit cesser », dit-il.

Simeon Tshakapesh demande une enquête publique sur le traitement des jeunes Autochtones.

Simeon Tshakapesh entouré de membres de sa famille.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Simeon Tshakapesh (à droite) croit que le suicide de son fils est lié au fait qu'il avait été retiré de sa communauté il y a deux ans.

Photo : CBC/Danny Arsenault

La ministre des Enfants, des Aînés et du Développement social, Sherry Gambin-Walsh, affirme qu’elle n’a jamais entendu un parent d’accueil parler d’un jeune comme d’un paiement hypothécaire. Elle assure que les familles d’accueil rendent des services exemplaires.

Quant à l’appel pour la tenue d’une enquête publique, elle explique qu’elle ne peut y répondre avant d’avoir étudié la situation.

De nombreux jeunes du Labrador en famille d’accueil

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador mentionne que 30 % des enfants confiés à des familles d’accueil sont du Labrador, alors que la région ne compte que 6 % de la population de la province. À la fin de 2016, 310 enfants étaient sous la tutelle du ministère.

Bien des enfants du Labrador sont accueillis par des familles dans les municipalités voisines de Roddickton et d’Englee, dans la péninsule nord de Terre-Neuve, qui comptent environ 2000 habitants.

Selon les données du gouvernement, 55 enfants se trouvaient au sein de 45 familles d’accueil dans cette région en décembre 2016. Le maire d’Englee, Rudy Porter, a reconnu que les revenus qui accompagnent tous ces jeunes aidaient l’économie locale et des familles à « survivre et vivre en ces temps difficiles ».

D'après un reportage de Mark Quinn, CBC

 
Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !