•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Lotto 6/49 : Au commencement

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Main remplissant au stylo les numéros d'un billet de Lotto 6/49

Billet de Lotto 6/49

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il y a 35 ans, Loto-Québec introduisait un nouveau tirage : Le lotto 6/49. Première loterie à l'échelle pancanadienne, le 6/49 allait bouleverser les habitudes des Québécois avec l'envergure de ses gros lots. Retour sur le contexte dans lequel ce tirage est apparu.

Le 12 juin 1982, le premier tirage de la loterie 6/49 offre un gros lot minimum garanti de 500 000 $. Le Québec est alors plongé dans une crise économique.

Le Téléjournal du 16 juin 1982 témoigne bien de cette période. Bernard Derome y présente un reportage sur les habitudes de consommation des Québécois en pleine récession:

Comme le rapporte Gilles Morin, les billets de Loto-Québec se vendent encore comme des petits pains chauds et chaque coup dur est généreusement arrosé.

Le chef d'antenne Bernard Derome

Le reportage du journaliste Gilles Morin révèle que les ventes de Loto-Québec ont augmenté de 10 % dans la dernière année. En 1982, les Québécois se situent aussi au deuxième rang pour la consommation de bière au Canada.

Seuls les résidents des Territoires du Nord-Ouest dépassent les Québécois de quelques canettes [de bière].

Le journaliste Gilles Morin

C’est donc dans ce contexte que la loterie 6/49 fait son apparition. Il faudra toutefois attendre le tirage du 7 août 1982, soit deux mois après sa mise en marché, pour qu’un premier gros lot soit remporté.

Puis, en janvier 1984, le lotto 6/49 atteint un sommet de popularité avec des records de vente pour Loto-Québec. L’émission Le Point du 5 janvier 1984 se penche sur cet engouement pour la loterie.

C’est une véritable frénésie, les kiosques de Loto-Québec sont bondés, l’ordinateur surchauffe, le 6/49 de samedi et son gros lot de 5 millions est en train de chambouler l’industrie du rêve que sont les loteries.

L'animateur Simon Durivage
Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Thème d'ouverture de l'émission avec une carte géographique pixellisée en arrière-plan et le titre « Le Point »

Extrait de l’émission Le Point, 5 janvier 1984

Photo : Radio-Canada

L’animateur Simon Durivage s’entretient avec le président de Loto-Québec, Jean-Marc Lafaille, de ce tirage qui est sur toutes les lèvres. « Douce folie ou folie furieuse? », c’est la question qui guide son entrevue.

À son tour, l’animatrice Denise Bombardier recueille les commentaires du sociologue Jacques Grand’Maison sur cette « institution sacrée sinon consacrée » que représente Loto-Québec. Il est question dans cette portion d’émission du problème de moralité publique que soulève la loterie.

Parmi tous les opiums quotidiens, c’est la drogue la plus sournoise et la plus difficile à saisir. C’est l’escalade actuellement.

Le sociologue Jacques Grand'Maison

Le lotto 6/49 n’a pas fini d’être étudié comme phénomène de société. En mars 1986, un tirage marquera aussi la société québécoise. Une certaine famille Lavigueur met alors la main sur un gros lot de 7 650 267 $, le plus élevé de l’histoire à cette époque.

Encore plus de nos archives  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !