•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois candidates se joignent à Gilles Lehouillier

Gilles Lehouillier est entouré des nouvelles candidates Amélie Landry, Karine Lavertu et Isabelle Demers.
Gilles Lehouillier est entouré des nouvelles candidates Amélie Landry, Karine Lavertu et Isabelle Demers. Photo: Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Trois femmes deviennent candidates pour l'équipe du maire de Lévis, Gilles Lehouillier. Le maire a réussi à convaincre Isabelle Demers, son adversaire des dernières élections municipales, à se présenter sous la bannière Lévis Force 10 lors du prochain scrutin.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

L'ancienne candidate à la mairie se présentera dans le quartier Villieu.

Lors des dernières élections, en 2013, Mme Demers avait terminé deuxième (34 %) au coude-à-coude avec Gilles Lehouillier (38 %). Isabelle Demers a été conseillère municipale de 2001 à 2009.

« On est des adversaires de campagne électorale. Au départ, on n'est pas des ennemis. On n'a jamais été des ennemis », a assuré Mme Demers

Les engagements qui ont été pris sont réalisés. Je dirais un très, très fort pourcentage. Donc, ce matin, c'est gagnant-gagnant. Je joins une équipe gagnante parce que je suis une gagnante.

Isabelle Demers, candidate pour Lévis Force 10

Le conseiller de Villieu, Rémy Fortin, quitte la vie politique pour des raisons personnelles et professionnelles.

Il s’agit d’une deuxième alliance importante pour l’équipe Lehouillier. En mars dernier, le seul candidat indépendant au conseil municipal, Clément Genest, a annoncé qu’il se ralliait au maire.

Même si l’opposition se fait de plus en plus rare pour Lévis Force 10, le maire refuse de dire que la partie est gagnée d’avance.

« Nous, on fonce comme si on a une campagne électorale qui sera importante, dit M. Lehouillier. Les gens ont jusqu’à la fin septembre pour déposer leur candidature, donc tout peut arriver lors d'une campagne électorale. Il faut être prêt. »

Autres candidates

Les deux autres candidates dévoilées aujourd'hui par le parti sont Karine Lavertu et Amélie Landry.

Karine Lavertu se présentera dans Charny à la suite du départ de la vie politique du conseiller Michel Patry. Mme Lavertu est notaire depuis 2006 et enseignante au Collège Bart.

« Je trouve que l'équipe Lehouillier fait un très bon travail au niveau de l'implication dans le milieu, l'approche auprès du citoyen et la facilité d'avoir accès aux services », a dit Mme Lavertu.

À 68 ans, M. Patry ne voulait pas s’embarquer dans un autre mandat de 4 ans. Il admet cependant que la présidence de la Société de transport de Lévis va lui manquer.

« Depuis 2009 que je suis président de la Société de transport. Ce sont de gros défis. Ça vient me chercher quand j'y pense, car on est partis de loin et on a réalisé de belles choses », dit-il.

Dans Bienville, le départ du conseiller et maire suppléant Robert Maranda laisse place à la candidature de Mme Amélie Landry. La directrice générale de l’organisme Ressources-Naissances dit être prête à relever le défi de la politique municipale.

« Je suis une fille engagée dans ma communauté, qui croit beaucoup que c'est ensemble qu'on peut faire avancer de beaux projets collectifs. Je suis fière de me joindre à cette équipe », a-t-elle dit.

Expérience et renouveau

Une vingtaine de candidatures ont été analysées par le comité de sélection du parti. Les trois candidatures annoncées mercredi permettent d'atteindre un équilibre entre l’expérience et le renouveau, selon le maire.

« Nous avons sélectionné les meilleures candidatures, des femmes qui ont à coeur le développement de notre ville », a affirmé Gilles Lehouillier.

Deux autres candidats seront présentés d’ici la fin du mois de juin. « Il y aura probablement un homme et une femme », a laissé tomber Gilles Lehouillier, ne voulant pas confirmer la rumeur selon laquelle l’ancienne présidente du C. A. de la Chambre de commerce de Lévis, Karine Laflamme, se joindrait à son équipe.

Mme Laflamme a annoncé sa démission de la Chambre de commerce plus tôt cette semaine évoquant que son nouveau mandat entrerait en « conflit d’intérêts » avec ses anciennes fonctions.

Jointe par Radio-Canada, elle n’a pas voulu confirmer quoi que ce soit. Elle précise seulement qu’une annonce suivra et que ce n’est pas elle « qui décide de la suite des choses ».

Québec

Politique municipale