•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

STC : des Saskatchewanais inquiets de la qualité des services repris par le secteur privé

Un autobus sur une route

Un autobus de la Compagnie de transport de la Saskatchewan

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des Saskatchewanais sont inquiets de la diminution de la qualité des services de transport que convoitent des entreprises privées après la fermeture de la Compagnie de transport de la Saskatchewan (STC), la semaine dernière.

Des personnes opposées aux soumissions des entreprises privées pour prendre le relais de la STC ont notamment abordé la question des services adaptés et la formation du personnel lors de l’audience du Conseil routier de la Saskatchewan.

Selon des personnes présentes, les soumissionnaires ne prévoient aucun dispositif adapté aux personnes handicapées pour faciliter leurs déplacements.

D'autres se sont demandé si les chauffeurs de ces entreprises auront les mêmes compétences que ceux de la STC pour assurer la sécurité des usagers.

Ces personnes soutiennent que la Compagnie de transport de la Saskatchewan offrait un service efficace et sécuritaire depuis plus de 70 ans.

Un service différent

L'entreprise de transport de marchandises DiCal Transport, qui lorgne une partie des activités de la STC, a tenu à préciser aux membres du Conseil routier de la Saskatchewan mardi après-midi qu'elle n'entend pas remplacer la société d’État.

La propriétaire de l'entreprise de transport de marchandises DiCal Transport, Diane Smith.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La propriétaire de l'entreprise de transport de marchandises DiCal Transport, Diane Smith.

Photo : Radio-Canada

La propriétaire de l'entreprise, Diane Smith, affirme qu'elle n'offre pas des services sur les mêmes trajets que la STC.

Elle a aussi convenu que son entreprise n'offre aucun dispositif adapté aux personnes handicapées pour faciliter leurs déplacements. Elle a toutefois affirmé que des changements seraient envisagés si son entreprise est choisie pour reprendre une partie des activités de la STC.

Selon la propriétaire, les chauffeurs de DiCal Transport sont qualifiés pour reprendre les trajets souhaités.

Diane Smith s’est abstenue de commenter la question des tarifs, une source d'inquiétude pour JoAnn Jaffe.

Cette dernière craint une augmentation des tarifs lorsqu’une entreprise privée reprendra le service.

Elle soutient que les déplacements des personnes à faible revenu pourraient être compromis.

Mme Jaffe cite en exemple le cas des étudiants qui utilisaient le service d'autocar de la STC pour rendre visite à leur famille ailleurs dans la province.

Avec les informations de Marianne Meunier

Saskatchewan

Transports