•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers des garderies plus accessibles en Ontario, mais à quel prix?

La ministre responsable de la Petite Enfance et de la Garde d'enfants, Indira Naidoo-Harris, rend visite aux enfants d'une garderie de Toronto

La ministre responsable de la Petite Enfance et de la Garde d'enfants, Indira Naidoo-Harris, rend visite aux enfants d'une garderie de Toronto

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La province annonce un plan pour rendre les garderies plus accessibles et plus abordables en Ontario. Ce plan comprend entre autres un investissement de 1,6 milliard de dollars pour la création de 45 000 nouvelles places en garderie au cours des cinq prochaines années. Cette annonce fait partie de l'engagement du gouvernement libéral de créer 100 000 places d'ici 2022.

Un texte de Julie-Anne Lamoureux

Le gouvernement veut ainsi transformer le système actuel au cours des prochaines années en développant un modèle qui répondra spécifiquement aux besoins des Ontariens.

Mais à quel prix?

Le gouvernement nommera sous peu un groupe d'experts qui aura pour tâche de développer une stratégie pour justement rendre les services de garde abordables. La ministre responsable de la petite enfance et de la garde d'enfants, Indira Naidoo-Harris, n'a pas voulu définir ce qu'elle entend par « services de garde abordables. » On ignore également à quel moment les experts seront choisis et à quel moment ils devront remettre leur rapport.

Les ministres Indira Naidoo-Harris et Mitzie Hunter rendent visite aux enfants d'une garderie de Toronto
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les ministres Indira Naidoo-Harris et Mitzie Hunter rendent visite aux enfants d'une garderie de Toronto

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Le gouvernement assure que les familles pourront voir des résultats tangibles au cours des prochains mois, même si le plan s'échelonne sur plusieurs années. Quelque 16 000 nouvelles places seront subventionnées l'an prochain, ce qui aidera des familles à faible revenu et des familles de la classe moyenne, selon la ministre.

Parmi les priorités du gouvernement :

  • Accessibilité
  • Système abordable
  • Miser sur la main-d'oeuvre et mieux appuyer le personnel
  • Définir le concept de « qualité des services »
  • Approche inclusive pour les enfants qui ont des besoins spéciaux
  • Mieux mesurer les progrès
  • Sensibiliser le public

« Ce sera un plan sur lequel nous pourrons construire un service de garde de qualité, abordable et accessible dans notre province. »

— Une citation de  Indira Naidoo-Harris, ministre responsable de la Petite Enfance et de la Garde d'enfants

La réaction des militants

Les militants qui réclament un système plus abordable et plus accessible se réjouissent de la vision du gouvernement.

Morna Ballantyne est la directrice générale de l'Association pour la promotion des services de garde au Canada
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Morna Ballantyne est la directrice générale de l'Association pour la promotion des services de garde au Canada

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Morna Ballantyne, la directrice générale de l'Association pour la promotion des services de garde au Canada indique que le gouvernement envoie des messages clairs et encourageants sur ses intentions. Les Ontariens auront accès à des services de garde, peu importe leur situation économique ou sociale, dit-elle.

Elle se bat pour un tel système depuis 30 ans et admet qu'y arriver prend énormément de temps. Elle encourage ainsi les parents à faire pression sur le gouvernement pour s'assurer que cela demeure une priorité.

« Ça va prendre du temps. Ça prend du temps premièrement pour bâtir les places, pour trouver l'endroit où les mettre (les garderies), ça prend du temps pour recruter le personnel. Pour arriver à une vraie transformation, ça va prendre du temps. Nous on veut qu'ils prennent leur temps pour le faire correctement. »

— Une citation de  Morna Ballantyne, directrice générale de l'Association pour la promotion des services de garde au Canada
Christine Van Geyn commente l'annonce du gouvernement dans une garderie de Toronto
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Christine Van Geyn est porte-parole de la Fédération canadienne des contribuables pour l'Ontario

Photo : Radio-Canada / Dean Gariépy

La fédération canadienne des contribuables se dit soulagée de voir qu'il ne s'agit pas ici de copier le modèle du Québec. Selon la fédération, le modèle québécois subventionne les familles riches. Malgré cela, l'organisation se demande comment l'Ontario a pu trouver 1,6 milliard de dollars pour investir dans les services de garde alors que l'équilibre budgétaire de la province demeure précaire.

« Ce qui est préoccupant, c'est qu'on n'a pas de définition sur ce qu'est un système abordable. On ne sait pas ce qu'est une place de garderie abordable selon ce que les ministres ont annoncé aujourd'hui. »

— Une citation de  Christine Van Geyn, Fédération canadienne des contribuables

Les réactions politiques

Les partis d'opposition ne sont pas impressionnés par le plan présenté par le gouvernement. Pour l'opposition officielle, cette annonce du gouvernement ne vise qu'à s'accrocher au pouvoir.

Le Parti progressiste-conservateur appuie l'idée de créer plus de places en garderies, mais s'étonne que le gouvernement s'y penche après 14 ans au pouvoir.

« Ce n'est qu'une promesse que les libéraux vont briser après la prochaine élection. »

— Une citation de  Gila Martow, porte-parole en matière d'enfants, de jeunesse et de familles, Parti progressiste-conservateur

« Cette annonce ne fait rien pour aider les parents qui cherchent des places en garderie abordables dans cette province. C'est n'est rien de moins qu'un coup de publicité d'un gouvernement libéral plus préoccupé par les élections de l'année prochaine que par les besoins urgents des familles. »

— Une citation de  Catherine Fife, porte-parole en matière de petite enfance et de garde d'enfants, Nouveau Parti démocratique

Selon le Centre canadien de politiques alternatives, plusieurs villes de la grande région de Toronto ont les frais de garderie les plus élevés au pays. À Toronto, les frais moyens sont de 1649 $ par mois pour les poupons.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !