•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Le 8 juin 1992, Julie Payette rentrait à l'Agence spatiale canadienne

    Reportage au Téléjournal du 8 juin 1992
    Radio-Canada

    Il y a 25 ans, l'Agence spatiale canadienne dévoilait les noms de quatre Canadiens sélectionnés pour devenir astronautes. Julie Payette, une jeune ingénieure québécoise, fait partie des recrues.

    Pour recruter les futurs astronautes, l’Agence spatiale canadienne a dû éplucher plus de 5000 candidatures. Parmi les compétences recherchées : la capacité de vivre en isolation, de travailler en équipe et de contribuer à un travail de groupe.

    Les quatre finalistes viennent ainsi compléter une équipe formée de 10 astronautes canadiens. Au Téléjournal du 8 juin 1992, c’est toutefois la sélection de Julie Payette, seule femme du groupe, qui retient toute l’attention.

    Dans son reportage, le journaliste Réal D’Amours ne tarit pas d’éloges pour la jeune ingénieure en informatique. Elle n’a que 28 ans, mais parle 5 langues, en plus d’être une « musicienne de talent ». Il recueille aussi sa première réaction :

    Je ne voulais pas y croire. C'était tellement un grand rêve, j'étais tellement subjective à ce propos, je le voulais tellement. Être trop confiante aurait été une mauvaise chose, je crois.

    Julie Payette

    Sept ans plus tard, au printemps 1999, Julie Payette devient la huitième astronaute canadienne à se rendre dans l'espace et la première Canadienne à visiter la Station spatiale internationale.

    Parmi cette promotion, une autre recrue, également dotée de talents musicaux, se démarquera à son tour quelques années plus tard : le pilote d’essai Chris Hadfield.

    Le parcours de Julie Payette

    • Julie Payette est née le 20 octobre 1963 à Montréal.
    • L'astronaute compte de multiples talents. En plus de pratiquer le triathlon, elle est pianiste, soprano et parle couramment plusieurs langues.
    • Une fois recrutée par l’Agence spatiale canadienne, l’ingénieure, spécialiste de la reconnaissance de la parole, doit s’entraîner pendant sept ans avant de pouvoir réaliser son rêve de voyager à bord d'une navette spatiale
    • Dans le cadre de sa formation d'astronaute, Julie Payette a décroché une licence de pilote professionnel, étudié le russe et effectué 120 heures de vol en pesanteur réduite à bord d'avions.
    • Julie Payette suit en 1998 le programme d'entraînement du Johnson Space Center, qui lui permet de devenir spécialiste de mission de la NASA.
    • Avant d'accomplir son premier séjour dans l'espace, elle a accumulé plus de 700 heures de vol en avion à réaction.
    • Julie Payette a été la première Canadienne à prendre part aux travaux de construction de la Station spatiale internationale. Au cours de sa mission, plus de quatre tonnes de matériel ont été livrées et installées dans le laboratoire orbital.
    • À partir de janvier 2003, elle occupe le poste de « capcom » (capsule communicator) au Centre de contrôle des missions à Houston. Cela signifie que, lors d’une mission spatiale, elle assure la responsabilité de l’ensemble des communications et le lien vocal entre l’équipe au sol et les astronautes en vol.
    • En février 2008, la NASA annonce que Julie Payette retournera dans l'espace à bord de la navette Endeavour et visitera la Station spatiale internationale au printemps 2009.
    • Après cinq reports dus à des problèmes techniques et à des ennuis météorologiques, Julie Payette entreprend son deuxième vol spatial et décolle le 15 juillet 2009 à bord de la navette Endeavour pour une mission de 16 jours, l’une des plus longues à ce jour
    • Pour la mission STS 127, Julie Payette occupe le poste d’ingénieure de vol au sein d’une équipe de sept astronautes.
    • Au cours de cette mission, les astronautes effectuent l'installation de la plateforme extérieure du laboratoire japonais Kibo et procèdent au remplacement d'équipement essentiel à la Station spatiale internationale.
    • Julie Payette effectue cinq sorties dans l’espace avant de rentrer sur terre le 31 juillet.
    • En 2010, elle reçoit la médaille du service exceptionnel remise par la NASA, en plus d’être nommée officière de l’Ordre du Canada.
    Encore plus de nos archives  

    Archives

    Science