•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mathématiques trop difficiles au primaire : Sébastien Proulx tend la main aux enseignants

Sébastien Proulx, ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport de passage à Trois-Rivières.

Sébastien Proulx, ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport de passage à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, invite les enseignants préoccupés par le niveau de difficulté des mathématiques au primaire, qui se sont confiés à Radio-Canada, à parler s'ils veulent changer les choses. Une professeure du Département des sciences de l'éducation de l'UQTR croit que le ministre devrait mettre de côté le dossier de la manipulation des notes et s'empresser de revoir le programme de mathématiques.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

Même s'il se dit surpris quand on lui mentionne que de nombreux enseignants qui, craignant les représailles de leur commission scolaire, n'ont pas voulu parler publiquement de leurs préoccupations, le ministre Sébastien Proulx les assure de son écoute.

Une enseignante nous a pourtant mentionné ne jamais avoir eu de réponse après avoir dénoncé la situation à ses cadres, à sa commission scolaire et au ministère de l'Éducation.

Sébastien Proulx, ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, répond au cri du coeur des enseignants qui sont préoccupés par le niveau de difficulté des mathématiques au primaire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sébastien Proulx, ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, répond au cri du coeur des enseignants qui sont préoccupés par le niveau de difficulté des mathématiques au primaire.

Photo : Radio-Canada

Invité à consulter un exemple de problème mathématique à résoudre, qui sert d'examen pour des élèves de quatrième année, le ministre Proulx se questionne sur la cause réelle des difficultés constatées par les enseignants.

« Est-ce que ce sont les mathématiques qui sont en cause? Est-ce que nos enfants en première ou en deuxième année ont un niveau adéquat de lecture et d'écriture? »

— Une citation de  Sébastien Proulx, ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport

Sans affirmer que cette situation s'explique entièrement par le niveau de lecture des enfants, il mentionne qu'il faut considérer cet élément.

Trop d'informations

Il y a urgence d'agir, selon Rollande Deslandes, professeure émérite au Département des sciences de l'éducation de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

Au-delà de la maîtrise de la lecture, les problèmes présentés aux élèves sont très longs et il y a beaucoup trop d'informations à digérer, constate-t-elle.

« Ce sont des enfants intelligents, mais qui ne semblent pas avoir la maturité de digérer toutes ces informations en même temps. Même moi, je ne me suis pas rendue jusqu'à la fin du problème. »

— Une citation de  Rollande Deslandes, professeure émérite au Département des sciences de l'éducation à l'UQTR
Rollande Deslandes, professeure émérite au Département des sciences de l'éducation à l'UQTRAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Rollande Deslandes, professeures émérite au département des sciences de l'éducation à l'UQTR.

Photo : Radio-Canada

La révision du programme de mathématiques doit être la priorité, selon Mme Delandes. Sinon, elle craint des effets très néfastes sur la confiance des enfants et des parents qui ne savent plus comment aider leurs enfants, selon ce qu'elle constate.

Elle soulève le fait que pour être fier de soi, il faut connaître des succès et qu'à force de connaître un cumul d'échecs, l'enfant se sent incompétent.

Rollande Deslandes, professeure émérite au Département des sciences de l'éducation de l'UQTRAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Rollande Deslandes, professeure émérite au département des sciences de l'éducation de l'UQTR

Photo : Radio-Canada

« Il faut que le programme de mathématiques soit réajusté ainsi que les évaluations », souligne-t-elle.

 

Réfléchir sur l'évaluation des élèves

À ce sujet, Sébastien Proulx a souligné de nouveau, lors de son passage à Trois-Rivières, l'importance d'une réflexion sur l'évaluation de nos élèves en général au Québec.

Un élément qui fera partie de la politique sur la réussite éducative qui sera présentée sous peu, assure le ministre.

Quant à l'insuffisance de matériel adéquat disponible afin de bien préparer les élèves aux exigences du programme de mathématiques au primaire, un problème soulevé par les enseignants, Sébastien Proulx souhaite un meilleur partage des connaissances et des expériences.

« Il faut se doter de lieux pour échanger. On a de la difficulté à tout mettre ensemble pour s'assurer que l'information circule et que les données, les recherches se retrouvent dans les classes. »

— Une citation de  Sébastien Proulx, ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport
Le matériel pédagogique disponible n'est pas suffisant et pas assez relevé, mentionnent les enseignants.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le matériel pédagogique disponible n'est pas suffisant et pas assez relevé mentionnent les enseignants.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

Sébastien Proulx admet que l'épreuve ministérielle de mathématiques en sixième année lui semble exigeante. Il tient toutefois à rappeler qu'elle a été conçue par des pédagogues et des enseignants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !