•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des femmes dénonçent l’inégalité entre les sexes sur la scène musicale 

La violoniste Dominique Dupuis

Dominique Dupuis dénonce le sexisme dans le monde musical

Photo : Courtoisie Dominique Dupuis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Entre les commentaires déplacés, des regards douteux et des critiques sur leur apparence, les femmes artiste en musique peuvent être découragées de l'environnement dans lequel elles travaillent. Pour 117 femmes signataires d'un manifeste nommé « Femmes en musique », c'est assez. Trois artistes acadiennes se prononcent sur la question.

Julie Doucette est pianiste avec plusieurs groupes dont The Gregories, les scénarios présentés dans la lettre publiée le 1er juin dernier et rédigée par les Soeurs Boulay ne lui sont pas étrangers.

La pianiste Julie DoucetteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La pianiste Julie Doucette

Photo : Radio-Canada / Amélie Gosselin

Elle dit qu’il lui est souvent arrivé de ne pas être prise au sérieux. « [Certains] pensent qu’on ne connaît pas notre métier ». Elle fait d'ailleurs référence à un incident impliquant les Soeurs Boulay, lors duquel un employé dans un magasin de musique leur avait refusé d’essayer des instruments.

Les commentaires viennent parfois des collègues proches. Julie Doucette affirme qu'un ancien musicien avec qui elle travaillait lui a lancé une phrase qui l'à choquée.

Si notre groupe devient célèbre, je te paye une autre paire de boules.

Une citation de : commentaire d'un ancien collègue musicien à l'égard de Julie Doucette

La musicienne a tout de suite répliqué et ne travaille plus avec le collègue en question.

La violoniste Dominique Dupuis oeuvre dans le domaine de la musique depuis l’âge de 9 ans. En entrevue à l'émission L'Heure de pointe Acadie, elle dit avoir été choyée puisqu'elle a toujours été entourée de membres de sa famille et de collègues qui la respectent. Elle affirme toutefois ne pas être à l'abri de commentaires déplacés, notamment à l'égard de son mari.

« On m’a dit: "cache-le du public, ça pourrait nuire à ton image". On voulait que je garde cet idéal de cette jeune fille-là, qui pourrait être à n’importe qui », confie-t-elle.

Isabelle Thériault, directrice générale du Festival acadien de CaraquetAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Isabelle Thériault, directrice générale du Festival acadien de Caraquet

Photo : Radio-Canada/Mathieu Boudreau

Isabelle Thériault, directrice du Festival acadien de Caraquet, croit de son côté que l'égalité des sexes dans le monde musical est encore loin d’être acquise. « C’est la surprise dans les yeux du monde quand ils voient que tu sais comment faire ton travail, comme ton propre mix avec un split snake sur la scène », dit-elle.

Les trois artistes avouent qu’il n’est pas toujours facile de répondre à ce genre de commentaires, surtout quand ils viennent de gens de leur entourage. Beaucoup d'éducation reste à faire ce à quoi travaille Julie Doucette auprès de ses élèves en piano.

Isabelle Thériault termine en disant « qu’il faut faire preuve de courage et d’audace » en travaillant dans ce milieu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !