•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Néo-Brunswickois aveugle rêve d’un oeil bionique, mais le gouvernement refuse de payer

Réginald Arseneau assis dans un fauteuil, les yeux fermés

Réginald Arseneau estime que l'oeil bionique Argus II est le seul moyen qui lui permettrait de recouvrer une partie de sa vue.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Réginald Arseneau, résident de Saint-Laurent, au Nouveau-Brunswick, qui est aveugle depuis plus de 40 ans, serait un candidat idéal pour un nouveau type d'implant, un genre d'oeil bionique, mais le gouvernement provincial refuse de payer cette intervention coûteuse.

Réginald Arseneau est complètement aveugle à cause d’une maladie héréditaire: la rétinite pigmentaire. Il n'a pu voir grandir ses deux enfants.

« On n'accepte jamais, quand même, d'être complètement aveugle. Mais, on s'habitue tous les jours, là, que les choses n'iront pas mieux », dit-il.

Il rêve de ne plus vivre dans la noirceur complète. Avec l'implant Argus II, l'image est captée par une caméra miniature installée sur des lunettes et traitée par un petit ordinateur. Le signal est ensuite transmis à une puce électronique fixée sur la rétine.

Le Dr Flavio Rezende, de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, à Montréal, a placé l'implant chez deux patients à qui d’autres médecins avaient dit qu'il n'y avait plus d’espoir que leur état s'améliore.

« Alors, de transformer une maladie qu'il n’y a rien à faire pour les réengager dans la société, c'est quelque chose d'énorme. C'est possiblement l'expérience la plus touchante que j'ai déjà eue dans ma carrière », affirme le Dr Rezende.

Je pourrais regarder au travers d'une vitre. Je pourrais voir s’il y a quelqu'un qui joue dehors, là, dans mon entrée.

Réginald Arseneau, résident de Saint-Laurent

À 68 ans, Réginald Arseneau estime que l'implant Argus II est sa dernière chance de recouvrer un peu de sa vision. « En ayant un peu de perception, ce serait un gros, gros, avantage. De toute façon, moi, 1 %, je ferais du jogging », dit-il.

Représentation de l'oeil bionique Argus II sur un hommeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Avec l'implant Argus II, l'image est captée par une caméra miniature sur des lunettes, traitée par un petit ordinateur et transmise à une puce électronique fixée sur la rétine.

Photo : Radio-Canada

L'Argus II est homologué par Santé Canada, mais il coûte 150 000 $ et le Nouveau-Brunswick refuse de payer. Une porte-parole du ministère provincial de la Santé écrit dans un courriel: « Cet implant oculaire n'est pas couvert par l'Assurance-maladie. »

« Pourquoi on paierait un ministre avec une limousine et un chauffeur? Pourquoi on paierait un garde du corps? [...] Mais c'est normal qu'on peut laisser des personnes atteintes de la [rétinite] pigmentaire et juste dire bon, bien, c'est fini », déplore Réginald Arseneau.

Pour le moment, M. Arseneau continue d'utiliser ses autres sens pour ses activités quotidiennes.

D’après le reportage de Michel Nogue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Santé physique et mentale