•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand résoudre un problème mathématique devient un casse-tête pour élèves et enseignants

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

La députée conservatrice de Mississauga-Centre, Natalia Kusendova, et infirmière de formation a apporté ses compétences médicales pour soutenir le personnel soignant pendant la pandémie.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Chaque année, des enseignants du primaire se sentent impuissants devant des élèves stressés, anxieux et angoissés à l'idée de résoudre des problèmes mathématiques. Ils allèguent que les tâches qu'on leur présente sont trop difficiles. Au-delà des revendications syndicales et des messages politiques, il y a la réalité que deux enseignantes ont voulu raconter à Radio-Canada. Elles lancent un véritable cri du cœur.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

Une enseignante de 6e année, que nous appellerons Nathalie pour protéger son identité, décrit des scènes qui lui crèvent le coeur chaque année au moment de l'épreuve ministérielle de mathématiques.

Elle a accepté de nous raconter ce qu'elle vit avec ses élèves sous le couvert de l'anonymat parce qu'elle craint des représailles.

Nathalie, nom fictif d'une enseignante de 6e année qui a accepté de témoigner à visage couvert.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nathalie, nom fictif d'une enseignante de 6e année qui a accepté de témoigner à visage couvert.

Photo : Radio-Canada

Selon elle, le temps maximum alloué de 2 heures n’est pas suffisant pour mettre en pratique les stratégies enseignées au cours de l'année scolaire, pour présenter une démarche claire et pour se réviser.

Généralement, les enseignants de 6e année font l'examen avant de le faire passer aux élèves. Ils réussissent à le terminer, sans perte de temps, en 1 h 30.

Un enfant qui se rend compte qu’il a fait une erreur manque de temps pour recommencer. Il a débloqué parce qu’il s’est rendu compte qu’il s’est trompé, mais je serais censée lui enlever sa copie. Voyons donc, ça n’a pas de bon sens.

Nathalie, enseignante de 6e année
Témoignage à visage couvert d'une enseignante de 6e année.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Témoignage à visage couvert d'une enseignante de 6e année.

Photo : Radio-Canada

Nathalie constate que l'écart est énorme entre les plus performants et les élèves en difficulté.

Difficile aussi pour les plus petits

Cathy Morissette, enseignante en 3e année à l’école Sacré-Cœur de Trois-Rivières, fait le même constat que Nathalie.

Cathy Morissette, enseignante de 3e année à l'école Sacré-Coeur de Trois-RivièresAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cathy Morissette, enseignante de 3e année à l'école Sacré-Coeur de Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada

Sur les 24 élèves de Mme Morissette cette année, il y en a environ 5 qui réussissent à résoudre un problème mathématique avec facilité et obtiennent des résultats qui varient entre 90 % et 100 % alors que les autres élèves obtiennent un résultat qui tourne autour de la note de passage de 60 % ou se retrouvent en échec.

Faites le test

Ci-dessous un problème mathématique à résoudre qui fait partie d'une banque d'examens préparée pour des élèves de 4e année, c'est-à-dire des enfants de 9 et 10 ans.

Une enseignante l'a fait passer dans sa classe et, sur un total de 21 élèves, 8 n'ont pas atteint la note de passage.

Vous trouverez la feuille pour inscrire vos réponses ainsi que le corrigé à la toute fin de ce texte.

Cathy Morissette a parfois l'impression d'évaluer la maturité du cerveau de l'élève plutôt que sa connaissance mathématique.

Selon elle, résoudre un problème a quelque chose de très abstrait pour les élèves.

Cathy Morissette, enseignante de 3e année du primaire à l'école Sacré-Coeur de Trois-Rivières.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cathy Morissette, enseignante de 3e année du primaire à l'école Sacré-Coeur de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Dans la plupart des cas, on demande aux élèves de planifier un événement ou un voyage tout en respectant un budget et de nombreuses contraintes alors q’un enfant, bien souvent, n’a jamais rien organisé de tel.

Raisonner ou résoudre un problème mathématique?

Au primaire, en mathématiques, plusieurs concepts sont enseignés aux élèves afin qu’ils développent des compétences, telles que raisonner et résoudre un problème mathématique.

C’est cette dernière, résoudre un problème mathématique, qui préoccupe les enseignants qui se sont confiés à nous. La démarche est plus longue et nécessite la maîtrise de plusieurs concepts.

La confiance des enfants ébranlée

Cathy Morissette remarque que le sentiment de compétence de plusieurs élèves est grandement affecté.

Le niveau de difficulté, selon elle et plusieurs autres enseignants consultés, n’est pas adapté au niveau de maturité des élèves.

L’enfant a l’impression qu’il n’est pas bon en mathématiques, mais ce n’est pas qu’il n’est pas bon en mathématiques, c’est qu’il n’est pas rendu là. On ne peut pas tirer sur la carotte si elle n’est pas mûre. Ça ne donne rien.

Cathy Morissette, enseignante de 3e année à l'école Sacré-Coeur de Trois-Rivières
Cathy Morissette, enseignante de 3e année à l'école Sacré-Coeur de Trois-RivièresAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cathy Morissette, enseignante de 3e année à l'école Sacré-Coeur de Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada

L’espoir de se faire entendre

Les enseignants avec qui nous avons discuté ont l’impression que personne ne les écoute.

On en parle à nos cadres, aux commissions scolaires, on écrit toujours nos rétroactions au ministère et il n’y a jamais de réponse à notre cri du cœur. C’est ça que je veux qu’on entende aujourd’hui.

Nathalie, enseignante de 6e année
Une classe dans une école primaireAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une classe dans une école primaire

Photo : Radio-Canada

Nathalie ne remet aucunement en question l’importance d’évaluer les enfants à la fin de leur parcours primaire, mais il faut alléger la tâche des élèves selon elle.

Elle souhaite aussi qu'on laisse davantage de place au jugement des enseignants dans la correction, que l’on respecte plus le rythme des élèves et que le temps de libération pour la correction soit revu à la hausse pour les enseignants afin d’avoir de la relève en 6e année.

Ce n’est pas un niveau qui est apprécié. Entre autres à cause de la lourdeur des tâches qui viennent avec.

Nathalie, enseignante de 6e année
Épreuve de mathématique du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport de 2014 pour les élèves de 6e année.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Épreuve de mathématique du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport de 2014 pour les élèves de 6e année.

Photo : Radio-Canada

Cathy Morissette croit que résoudre un problème mathématique est une compétence qui devrait être réservée au secondaire et que le programme devrait prévoir plus de temps pour la manipulation des concepts mathématiques afin que l’enfant puisse bien les maîtriser avant de passer à une autre étape.

Je ne suis pas contre le fait d’enseigner à l’enfant à résoudre des problèmes, à aller chercher différents concepts. Mais je suis contre le fait de l’évaluer par exemple.

Cathy Morissette, enseignante de 3e année à l'école Sacré-Coeur de Trois-Rivières
Des élèves dans une classe d'école primaireAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des élèves en classe à l'école primaire

Photo : Radio-Canada

Il faudrait, selon Mme Morissette, que les élèves puissent vivre encore plus de situations concrètes en classe afin de consolider leurs acquis pour les niveaux supérieurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !